BFMTV

5 122 personnes en moins d'ici fin 2013 à Air France

Air France-KLM prévoit une baisse des effectifs de la société Air France de 5.120 personnes d'ici décembre 2013, sur un total de 49.300 salariés sous contrat français.

Air France-KLM prévoit une baisse des effectifs de la société Air France de 5.120 personnes d'ici décembre 2013, sur un total de 49.300 salariés sous contrat français. - -

Air France-KLM a annoncé jeudi qu'il prévoyait une baisse des effectifs de la société Air France de 5 122 personnes d'ici décembre 2013, sur un total de 49 300 salariés sous contrat français.

Le nombre de départs naturels non remplacés sur la période est estimé à 1 712 et les sureffectifs - qui touchent l'ensemble des catégories de personnels - à 3 410, a précisé Air France dans un communiqué portant à 5 122 le nombres de personnes en moins au sein de la compagnie d'ici fin 2013. Les emplois en sureffectif appelés à disparaître concernent pour près des deux tiers (2.056 postes) des personnels au sol. Mais la cure d'amaigrissement doit aussi toucher 904 personnels navigants commerciaux (PNC) et 450 pilotes, a précisé la compagnie française.

« Les départs contraints exclus en 2013 »

« Si les nouveaux accords sont signés, les modalités de traitement des sureffectifs excluront le recours à des départs contraints d'ici fin 2013 », a-t-elle ajouté. Les "mesures d'accompagnement" mises en oeuvre en 2012 et 2013 pourront inclure une incitation au départ anticipé en retraite dans le cadre d'un plan de départs volontaires, une incitation au départ volontaire, des incitation "ciblées" au temps partiel et des mesures de partage du temps de travail pour les personnels navigants commerciaux et techniques.

« Le recours aux départs volontaires pourrait être évité en 2014 »

« Une évaluation de l'état d'avancement du plan (...) sera conduite au second semestre 2013. Si son déroulement est conforme aux objectifs, le recours à des départs contraints sera également évité en 2014 ». Ces mesures s'inscrivent dans le plan de transformation à trois ans (2012-2014) que le groupe Air France-KLM a lancé en janvier et qui est destiné à restaurer sa rentabilité et à réduire son endettement net de deux milliards d'euros.

« Pas de vraie surprises mais gravité de la situation »

« On va négocier soit des départs volontaires, soit des modalités de passage à temps partiel. 5 100 sureffectifs, ça fait 10% des effectifs de la compagnie. Il n’y a pas de vraies surprises, il y a confirmation de ce qu’on craignait : la gravité de la situation. On est engagé dans un processus pour lequel l’objectif est de restaurer la compétitivité de l’entreprise et préserver au maximum l’emploi des salariés d’Air France », a confié sur RMC Béatrice Lestic est la secrétaire générale de la CFDT Air France.