BFMTV

Un épisode méditerranéen court mais intense attendu en fin de semaine

De la pluie - Image d'illustration

De la pluie - Image d'illustration - AFP

Dans certains départements dont le Var, l'équivalent d'un à deux mois de précipitations pourrait s'abattre en l'espace de 48 heures.

En ce milieu de semaine, Météo-France met en garde contre de fortes précipitations qui devraient, d'ici la fin de semaine, toucher le sud de la France et provoquer un épisode méditerranéen court, mais de forte intensité. Dès ce jeudi, la pluie devrait d'ailleurs faire son apparition sur les bords de la Méditerranée, et le département des Landes a été placé en vigilance orange pour la crue de l'Adour moyen.

"C'est un épisode classique, on est bien entrés dans l'automne et c'est courant en octobre et novembre puisque la Méditerranée est encore assez chaude. Il concernera une large partie du sud du pays, du Languedoc à la région Provence-Alpes-Côte d'Azur", analyse Jérôme Lecou, de Météo-France, contacté par BFMTV.com.

Selon ses prévisions, "les cumuls de pluies pourraient être importants sur les Cévennes et le département du Var, entre 200 et 300 ml de précipitation, ce qui équivaut à un à deux mois de précipitations en seulement 48 heures". 

Pas comparable avec l'épisode d'octobre 

De manière plus générale, c'est vendredi en début de soirée que la situation va fortement se dégrader dans cette zone, avec des pluies qui vont redoubler d'intensité et localement, des orages qui pourront provoquer des inondations.

En revanche, ce nouvel épisode n'est pas comparable avec celui qui avait violemment touché le sud du pays en octobre dernier

"Ici, on est plus sur un épisode qui va toucher les Cévennes, le Var et les Hautes-Alpes. Le mois dernier, Beziers avait été touché par 250 ml de précipitations, il n'y aura pas de cumuls similaires cette fois-ci", souligne encore Jérôme Lecou. 

En revanche, des inondations pourraient avoir lieu dans certains des départements concernés malgré des sols encore capable d'emmagasiner des précipitations. "Météo-France sera vigilant aux épisodes de vagues-submersions", conclut le météorologue. 

Hugo Septier