BFMTV

Six hommes simuleront pendant 520 jours un voyage vers Mars

Six hommes, dont un Français (Romain Charles, ici en photo) se préparent à passer 520 jours enfermés ensemble dans un vaisseau, dans le cadre d'une simulation de voyage vers Mars afin d'étudier les effets de l'isolement sur l'homme. /Photo prise le 18 mai

Six hommes, dont un Français (Romain Charles, ici en photo) se préparent à passer 520 jours enfermés ensemble dans un vaisseau, dans le cadre d'une simulation de voyage vers Mars afin d'étudier les effets de l'isolement sur l'homme. /Photo prise le 18 mai - -

MOSCOU - Six hommes, dont un Français, se préparent à passer 520 jours enfermés ensemble dans un vaisseau, dans le cadre d'une simulation de voyage...

MOSCOU (Reuters) - Six hommes, dont un Français, se préparent à passer 520 jours enfermés ensemble dans un vaisseau, dans le cadre d'une simulation de voyage vers Mars afin d'étudier les effets de l'isolement sur l'homme.

Le 3 juin prochain, trois Russes, un Italo-Colombien, un Français et un Chinois seront enfermés dans des compartiments exigus jusqu'à novembre 2011.

"Ce vol de 520 jours jusqu'à Mars (...) est une première en terme de durée", a déclaré Martin Zell, de l'Agence spatiale européenne (ESA) qui chapeaute l'expérience.

"Je pense que pour une mission humaine sur la planète rouge, cela prendra probablement encore 20, voire 30 ans avant d'y arriver", a-t-il poursuivi.

Les six hommes ne bénéficieront que de trois mètres carrés d'espace personnel dans les bureaux de l'Institut des Problèmes Biomédicaux de Moscou.

L'équipage, qui sera dirigé par un Russe, vivra et travaillera comme les astronautes de la Station spatiale internationale (ISS) et leur vie ressemblera à celle des membres de la station : maintenance, expériences scientifiques et exercice quotidien.

Lors des opérations de surface après 250 jours, ils seront séparés : trois fouleront la "surface martienne" tandis que les trois autres resteront au sein du vaisseau spatial pendant un mois.

L'an dernier, quatre Russes, un Allemand et un Français avaient réussi une simulation de voyage de 105 jours.

Cette fois-ci, l'équipage sera surveillé de près et des données physiologiques et psychologiques seront enregistrées pendant la mission.

"Si je peux apporter ma petite pierre à cet immense édifice menant de la Terre à Mars, je serai très fier", a déclaré Romain Charles, le Français. "Avec un peu de chance, mes petits-enfants iront sur Mars un jour et je pourrai alors leur dire : j'y ai pris part".

Dmitri Soloviov; Marine Pennetier pour le service français