BFMTV

Sanctions envisagées après le chaos des transports dû à la neige

Chasse-neige à l'aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle, la veille de Noël. La France pourrait prendre des sanctions après la pagaille survenue en fin d'année dans les transports, notamment dans les aéroports, si des fautes sont constatées, a déclaré sur I-tél

Chasse-neige à l'aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle, la veille de Noël. La France pourrait prendre des sanctions après la pagaille survenue en fin d'année dans les transports, notamment dans les aéroports, si des fautes sont constatées, a déclaré sur I-tél - -

PARIS (Reuters) - La France pourrait prendre des sanctions après la pagaille survenue en fin d'année dans les transports, notamment dans les...

PARIS (Reuters) - La France pourrait prendre des sanctions après la pagaille survenue en fin d'année dans les transports, notamment dans les aéroports, si des fautes sont constatées, a déclaré la ministre de l'Ecologie et des Transports, Nathalie Kosciusko-Morizet.

Des milliers de voyageurs ont été bloqués, en particulier dans les deux grands aéroports de Paris, lors de chutes de neige début décembre puis juste avant Noël.

Un rapport d'enquête sur les événements, y compris sur la pénurie à Roissy de stocks de glycol, produit utilisé pour dégivrer les avions, est attendu le 10 janvier. Une table ronde sera organisée le 13 avec les acteurs du transport aérien, a précisé la ministre sur I-télé.

"Naturellement, bien sûr, il pourrait y avoir des sanctions s'il y avait un défaut de responsabilité qui était avéré", a-t-elle déclaré.

Elle n'a pas précisé qui serait éventuellement sanctionné, les compagnies ou les acteurs publics du transport. "On doit utiliser les moyens techniques et, probablement, on peut mieux faire", a-t-elle dit.

Nathalie Kosciusko-Morizet estime par ailleurs que les mesures de prévention, et notamment les stocks de glycol, sont à présent suffisantes pour faire face partout en France, sauf à Roissy, à d'éventuelles chutes de neige soutenues.

"Aujourd'hui, il n'y a pas de problème dans la plupart des aéroports de province, il n'y a pas de problème à Orly et il y en a sur les stocks à Roissy pour deux jours et demi d'épisode neigeux très intense", a-t-elle déclaré.

Si les stocks tombent en dessous de deux jours, des réquisitions seront envisagées, a-t-elle précisé.

Comme dans d'autres pays européens comme le Royaume-Uni, le sujet est devenu politique concernant des aéroports qui sont encore en France des services publics, puisque l'Etat est actionnaire majoritaire d'Aéroports de Paris.

Dans une première cérémonie de voeux, Nicolas Sarkozy a jugé inacceptable samedi la "désorganisation" que les services publics ont connue lors des chutes de neiges de décembre.

"On peut comprendre que le service soit perturbé par les aléas climatiques mais pas que les usagers aient le sentiment d'être abandonnés, sentiment qu'ils ont pu éprouver à plusieurs reprises ces dernières semaines", a-t-il dit.

Il a rappelé qu'il avait demandé une réflexion sur la gestion de ce type de crise et promis de veiller à ce que des "mesures appropriées soient rapidement mises en place".

Thierry Lévêque, édité par Philippe Bas-Rabérin