BFMTV

Sally Ride, première américaine dans l'espace, née il y a 64 ans

Sally Ride aurait eu 64 ans aujourd'hui. Google célèbre cet anniversaire avec un doodle.

Sally Ride aurait eu 64 ans aujourd'hui. Google célèbre cet anniversaire avec un doodle. - Google

Sally Ride voulait aller dans l’espace à une époque où beaucoup pensaient que la place de la femme était à la maison. Sa détermination a fait d’elle la première astronaute américaine. Google célèbre aujourd’hui l’anniversaire de sa naissance par un doodle onirique.

Sally Ride était une petite fille fascinée par les sciences. Comme beaucoup d’enfants, elle rêvait de devenir astronaute. Mais comme peu d’entre eux, Sally Ride l’est vraiment devenue.

Née le 26 mai 1951 en Californie, Sally Ride passe son enfance dans les étoiles, les yeux rivés à son télescope. Arrivée à l’université, son choix tient de l’évidence: elle sera physicienne. A sa sortie de Stanford, Sally Ride tombe sur une annonce dans un journal: la NASA cherche des astronautes. Jusqu’ici, ceux-ci étaient recrutés parmi les pilotes de l’armée de l’air, un corps 100% masculin. Mais cette annonce est différente: la NASA veut envoyer des scientifiques dans l’espace, et les candidatures féminines sont acceptées.

Sally Ride, pionnière de l'espace

Sally Ride n’hésite pas une seconde, comme 8.000 autres candidats. Mais sa détermination l’emportera et en janvier 1978, Sally Ride est officiellement invitée à rejoindre le corps des astronautes de la NASA.

Pendant cinq ans, Sally Ride va travailler au sol en tant que Capsule Communicator, ou "CapCom". Le poste est stratégique: elle est la voix qui accompagne les astronautes dans l’espace, leur seul lien avec la Terre. Enfin, en 1983, le grand jour arrive: Sally Ride est choisie pour embarquer pour une mission à bord de Challenger, la navette spatiale de la NASA.

Sally Ride face au sexisme spatial

La nouvelle fait grand bruit: Sally Ride s’apprête à devenir la première Américaine dans l’espace. Avant elle, deux autres femmes ont visité les étoiles, toutes deux soviétiques: Valentina Tereshkova en 1963 et Svetlana Savitskaya en 1982. Mais l’époque est encore très conservatrice: beaucoup s’interrogent sur la capacité d’une femme à vivre dans l’espace. La conférence de presse d’avant-vol est jalonnée de questions "lunaires" comme "le vol affectera-t-il votre système reproductif?" ou "Pleurez-vous quand vous rencontrez un problème au travail?".

Mais la mission se déroule parfaitement. A son retour sur Terre, Sally Ride déclare: "La chose que je retiendrai de ce vol, c’est que je me suis beaucoup amusée." La jeune femme retournera une deuxième fois dans l’espace l’année d’après, toujours à bord de Challenger. Mais en 1986, la navette américaine explose, mettant un terme brutal aux voyages spatiaux habités. Sally Ride ne quittera plus le sol terrestre.

Elle quitte la NASA en 1987 et devient professeur de physique à l’université de San Diego. Atteinte d’un cancer au pancréas, Sally Ride meurt le 23 juillet 2012 à l’âge de 61 ans. Dans son testament, elle révèle son homosexualité: elle était en couple depuis 27 ans avec Tam O’Shaughnessy, une amie d’enfance avec qui elle avait coécrit six livres de science pour enfants.

Sally Ride aurait fêté ses 64 ans aujourd’hui, anniversaire que Google célèbre par un doodle.

François DE LA TAILLE