BFMTV

Réchauffement climatique: la barre  des 20°C dépassée pour la première fois en Antarctique

BFMTV

Pour la toute première fois de l'Histoire, la barre des 20°C a été dépassée dimanche dernier en Antarctique. Il s'agit de la température la plus haute jamais enregistrée dans cette région du monde.

Après le record de 18.3°C enregistré le 7 février en Antarctique argentine, un nouveau pic de chaleur a été atteint en Antarctique le 9 février dernier. Pour la toute première fois de l'Histoire, la barre symbolique des 20°C a été dépassée dans la région antarctique, rapporte le Guardian

Des scientifiques brésiliens ont enregistré dimanche dernier une température de 20.75°C sur l'île de Seymour située au large de la péninsule Antarctique. Le précédent record sur cette île datait de janvier 1982 et s'élevait à 19.8°C.

Un record "incroyable et anormal"

Ces chercheurs, qui collectent les données des stations de surveillance à distance tous les trois jours, ont qualifié ce nouveau record d'"incroyable et anormal". "Nous connaissons des changements climatiques qui sont étroitement liés aux changements dans le pergélisol (le sol gelé en permanence) et l'océan. Tout est très étroitement lié". 

Le journal britannique souligne toutefois que ces récents relevés vont devoir être confirmés par l'Organisation météorologique mondiale. Si les températures restent relativement stables dans l'est et le centre de l'Antarctique, les scientifiques sont de plus en plus préoccupés par les pics de chaleur relevés dans sa partie ouest.

La fonte des glaces en cours dans la péninsule antarctique est de plus en plus flagrante ces dernières années, surtout depuis que les températures hivernales augmentent.

Une fonte des glaces galopante

Cette région du monde stocke environ 70% de l'eau douce du monde sous forme de neige et de glace. Si cette glace venait à fondre, le niveau de la mer augmenterait de 50 à 60 mètres sur plusieurs générations, rappelle le quotidien britannique.

Après une décennie record, qui s'est conclue avec une année 2019 qui était la deuxième plus chaude jamais enregistrée sur la planète, les années 2020 démarrent sur la même tendance avec un mois de janvier le plus chaud jamais enregistré. Par ailleurs, un bulletin annuel de l'agence océanique et atmosphérique américaine (NOAA) révélait en décembre dernier que l'Arctique avait connu en 2019 sa deuxième année la plus chaude depuis 1900.

Conséquence directe de la hausse des températures due aux activités humaines: les deux calottes glaciaires de la planète, en Antarctique et au Groenland, ont déjà perdu en moyenne 430 milliards de tonnes par an depuis 2006, faisant monter le niveau des océans.

Jeanne Bulant