BFMTV

Progress: le vaisseau spatial russe va se désintégrer cette nuit dans l'atmosphère

Le vaisseau Progress lors de son lancement le 28 avril 2014

Le vaisseau Progress lors de son lancement le 28 avril 2014 - AFP

Seuls quelques fragments de Progress, le vaisseau spatial russe, atteindront la surface de la Terre dans une zone encore inconnue.

Le vaisseau cargo inhabité Progress, qui retombe vers la Terre depuis sa perte de contrôle par les opérateurs russes il y a une semaine, se désintégrera dans la nuit de jeudi à vendredi en entrant dans l'atmosphère, a annoncé l'agence spatiale russe Roskosmos.

"Le satellite décrochera de son orbite entre 0h45 et 6h36, heure de Moscou (21h45 GMT jeudi soir et 3h36 GMT vendredi)", a indiqué Roskosmos dans un communiqué publié ce jeudi. L'agence spatiale russe a précisé qu'elle serait en mesure d'affiner ses pronostics plus tard dans la journée. "Le vaisseau se consumera en traversant les couches de l'atmosphère et seuls quelques fragments de faible envergure atteindront la surface de la Terre", a-t-elle ajouté.

Le vaisseau n'est plus sous contrôle 

Le lieu exact de la chute du vaisseau n'est pas connu, mais la quasi-totalité des engins spatiaux du même type se désintègrent dans l'atmosphère ou atterrissent dans les océans, qui occupent la majeure partie de la surface de la Terre.

Selon Roskosmos, la descente du vaisseau Progress M-27M vers la Terre ne devrait pas différer de celle d'un vaisseau sous contrôle. La Russie fait décoller chaque année trois à quatre vaisseaux cargos chargés de ravitailler la Station spatiale internationale (ISS). Quelques heures après son décollage le 28 avril, le Progress, qui aurait dû s'arrimer six heures après à l'ISS pour la ravitailler, n'a plus répondu aux ingénieurs russes et a commencé à avoir des réactions incontrôlables.

Une enquête est en cours

Une commission d'enquête a été chargée d'établir les circonstances de l'incident, qui semble avoir eu lieu au moment de la séparation entre le vaisseau et la fusée, avait estimé le vice-président de Roskosmos, Alexandre Ivanov.

La perte de ce vaisseau qui aura coûté près d'un demi-milliard d'euros constitue un coup dur pour le secteur spatial russe, un domaine stratégique, déjà dans le collimateur du pouvoir pour de cuisants revers.

Mais elle ne met pas en danger l'équipage de l'ISS qui dispose de plusieurs mois de réserves. Un vaisseau de ravitaillement Dragon, de la société américaine SpaceX, devrait rallier l'ISS au plus tôt le 19 juin. 

la rédaction avec AFP