BFMTV

Pékin veut un premier Chinois sur la Lune "dans une dizaine d'années"

Le pôle sud de la Lune photographié par la Nasa.

Le pôle sud de la Lune photographié par la Nasa. - NASA - AFP

La Chine veut aussi bâtir une station de recherche scientifique dans les régions du pôle sud de la Lune.

Pékin évoquait depuis de nombreuses années une mission habitée sur la Lune mais aucune date précise n'avait jamais été fournie, les experts tablant habituellement sur une date postérieure à 2025. Désormais, la Chine se donne une décennie pour envoyer ses taïkonautes sur le satellite naturel de la Terre. 

"La Chine ambitionne de bâtir une station de recherche scientifique dans les régions du pôle sud de la Lune et de réaliser des missions lunaires habitées dans une dizaine d'années", a déclaré le directeur de l'Administration nationale de l'espace, Zhang Kejian, cité par l'agence de presse Chine nouvelle.

L'annonce de Zhang Kejian survient alors que le pays a réussi en tout début d'année une première mondiale: l'alunissage d'une sonde sur la face cachée de la Lune.

Une course avec l'Occident

Le régime communiste mise largement sur ses programmes spatiaux pour glorifier les progrès technologiques du pays au cours des dernières décennies, dans une course avec l'Occident qui évoque la rivalité spatiale soviéto-américaine pendant la guerre froide. 

Les propos du haut responsable chinois surviennent ainsi moins d'un mois après l'annonce par Washington d'un retour d'astronautes américains sur la Lune dès 2024, au lieu de 2028 comme initialement prévu. Les Etats-Unis ont été les premiers et les seuls à envoyer des hommes sur la Lune entre 1969 et 1972.

Zhang Kejian a annoncé par ailleurs que Pékin prévoyait d'envoyer l'an prochain sa première sonde à destination de Mars. Outre la sonde actuellement présente sur la face cachée de la Lune, la Chine prévoit aussi d'envoyer à la fin de cette année un autre engin chargé de rapporter sur Terre des échantillons lunaires, a-t-il déclaré.

Témoin de la dimension politique de ces missions, Zhang Kejian a précisé que des échantillons lunaires seraient conservés à Shaoshan (centre), la ville natale de Mao Tsé-toung, le fondateur du régime communiste. La Chine a envoyé un premier homme dans l'espace en 2003 et a réussi son premier alunissage d'un engin spatial 10 ans plus tard.

Liv Audigane avec AFP