BFMTV

Pas-de-Calais: des centaines de milliers d’étoiles de mer échouées

Image d'illustration - Des milliers de couteaux étaient également échouées sur la plage d'Hardelot

Image d'illustration - Des milliers de couteaux étaient également échouées sur la plage d'Hardelot - Magan Crane - AFP

Ce phénomène, qui s'est déjà produit sur d'autres plages, est qualifié "d'exceptionnel", mais il ne semble pas être lié à une quelconque pollution.

La plage d'Hardelot (Pas-de-Calais) était jonchée mercredi de "centaines de milliers d'étoiles de mer et de couteaux échoués", rapporte le journal local La Voix du Nord. Si ce phénomène reste impressionnant et "exceptionnel", il n'est "pas inquiétant", déclare Laurent Seuront, directeur de recherche au CNRS, au quotidien.

D'après le directeur de recherche, "les étoiles de mer et les couteaux ont pu se décrocher suite au gros coup de vent survenu il y a quatre, cinq jours". Les étoiles de mer auraient été déportées car elles "sont actuellement en pleine période de reproduction, ce qui les rend plus fragiles."

Selon lui, il n'est pas question d'une quelconque pollution ou d'une anomalie dans l'écosystème. De plus, le nombre important de coquillages échoués n'est pas alarmant, car on peut retrouver "entre 500 et 600 couteaux par mètre carré" dans les fonds marins.

Un phénomène déjà vu en France, et ailleurs

Début février déjà, cette fois sur l'île d'Oléron (Charente-Maritime), une vague de plusieurs centaines d'étoiles de mer avait atterri sur les plages, rapportait alors France Bleu. Un scientifique avait alors attribué le phénomène "aux courants marins" tout en qualifiant cet échouage "d'exceptionnel".

En mars 2018, une plage britannique s'était vu recouverte de ces mêmes animaux de mer. La raison avancée de cet échouage était la baisse de température de l'eau. "Les animaux réduisent alors leurs niveaux d'activité", avait déclaré un spécialiste au Guardian, "cela les rend vulnérables à la mer agitée. Ils ont été délogés par les grosses vagues et ont été emportés par le mauvais temps".

Salomé Vincendon