BFMTV

Mars: c'est pour quand le grand départ?

Vue d'artiste d'une empreinte de pas sur la Lune et sur Mars.

Vue d'artiste d'une empreinte de pas sur la Lune et sur Mars. - Nasa

La confirmation de la présence d'eau liquide sur la planète rouge ouvre de nouvelles perspectives pour de futurs vols habités. Mais où en est exactement la conquête de Mars?

La science-fiction l'a déjà fait. Stephen Hawking nous y exhorte. Et la récente découverte d'eau liquide sur Mars ouvre de nouvelles perspectives. Pourtant, envoyer des humains explorer notre voisine n’est pas une mince affaire, le principal frein à la conquête de la planète rouge étant le coût faramineux d'une telle expédition. Si la Lune est une banlieue de la terre, Mars est beaucoup, beaucoup plus loin, entre 55 et 401 millions de km. La durée du voyage est estimée à 7 à 8 mois. 

Tour d'horizon des projets qui tentent de nous envoyer vivre, ou juste poser un pied sur Mars.

> Vers 2030 avec la Nasa

Le projet de la Nasa est le plus avancé. L'agence spatiale américaine parle d'envoyer des humains sur Mars dans les années 2030. "Son exploration future pourrait mettre à jour des preuves de vie, répondant à l'un des mystères fondamentaux du cosmos: y a-t-il une vie en dehors de la Terre?", s'enthousiasme la Nasa sur son site.

Mais avant d'aller pour de bon trinquer à l'eau salée avec les Martiens, la Nasa prévoit les premiers vols de test à bord d'Orion à l'horizon 2010. Le trajet ne serait pas direct et le vol habité ferait escale sur un astéroïde. A ce jour, sur les onze véhicules et modules prévus, deux sont en cours de réalisation: le lanceur spatial SLS et la capsule Orion.

L'astrophysicien Francis Rocard, interrogé ce mardi dans Le Parisien, estime le coût du projet à 1000 milliards de dollars. Voilà pourquoi, explique encore le scientifique, les Etats-Unis ne peuvent supporter seuls un tel projet et devront "s'associer avec les agences européenne, russe et peut-être chinoise".

En attendant, des équipes se préparent à des missions sur Mars, en participant à des simulations dans le désert de l'Utah ou à Hawaï. Les Européens s'entraînent, eux, dans le cadre du projet Mars 500. En 2011, six astronautes russes, européens et chinois ont simulé pendant un an et demi un voyage sur Mars dans une réplique de vaisseau spatial, près de Moscou.

> En 2025 avec Elon Musk

Elon Musk, l'homme qui a inspiré le Tony Stark campé par Robert Downey Jr dans Iron man, croit à la colonisation de Mars depuis un moment. Le milliardaire de génie, fondateur de Space X et co-fondateur de Tesla Motors, entend non seulement révolutionner et démocratiser le voyage spatial, mais aussi coloniser Mars. Il a d'ailleurs récemment exposé sa théorie pour rendre Mars habitable. Ainsi, pour réchauffer l'atmosphère de Mars, il suffirait selon lui de "bombarder les pôles avec des armes nucléaires". 

Rejoignant l'astrophysicien Stephen Hawking, pour qui le salut de l'humanité passe par la colonisation d'autres planètes, Elon Musk est convaincu qu'il va nous falloir une sorte de "planète de secours", en cas de catastrophe sur Terre. Elon Musk projette ainsi d'y installer 1 million de personnes vers 2040, fixant le billet à 500.000 dollars par personne. La première expédition habitée de Space X pourrait avoir lieu dans 10 à 12 ans, promet-il.

Un chemin pavé d'embûches, puisque la fusée Falcon 9, qui devait rejoindre la Station spatiale internationale, a explosé le 28 juin dernier.

> En 2023 avec Mars One

La solution Mars One proposée par cette organisation à but non lucratif est assez radicale. C'est aussi sans doute la moins réaliste. Comme l'expliquait son co-fondateur, le Néerlandais Bas Landstorp, lors d'une conférence Ted, le retour sur Terre n'est pas prévu. "La partie difficile, c'est le retour de Mars vers la Terre. J'ai une solution très simple: pourquoi ne pas laisser tomber le voyage retour?" 

Aussi farfelu soit-il, le projet Mars One a reçu 200.000 candidatures et des phases de sélection ont commencé. Il reste désormais 100 candidats au départ sans retour. Seules six équipes de quatre personnes partiront. Le budget de 6 milliards de dollars est "probablement sous-évalué", estime le Centre national d'études spatiales. Il devrait être notamment financé par la diffusion d'émissions de téléréalité. Loft Story sur Mars, en somme. Sachant que le MIT a estimé la durée de vie des pionniers à 68 jours, on devrait avoir à les supporter moins longtemps que Nabila.

https://twitter.com/Radegonde Magali Rangin Chef de service culture et people BFMTV