BFMTV

Les masques et gants jetés dans la nature, danger majeur pour la faune et la flore

Un masque sur une place à Marseille, en octobre 2020.

Un masque sur une place à Marseille, en octobre 2020. - NICOLAS TUCAT / AFP

Plusieurs scientifiques ont mis en place une plateforme sur laquelle il est possible de rapporter le cas d'un animal tué ou blessé par ces équipements de protection en ces temps de crise sanitaire.

Il s'agit d'un dommage collatéral important et plutôt inattendu de la pandémie de Covid-19. Alors que depuis plus d'un an l'usage des Equipements de Protection Individuelle (EPI), c'est-à-dire les masques et autres gants à usage unique pour se protéger du Covid-19, a explosé, la question du recyclage de ces derniers se pose.

Or, selon de récents travaux néerlandais, de plus en plus de ces EPI se retrouvent dans la nature et deviennent un danger pour la faune et la flore. Dans l'introduction de cette étude, les chercheurs rappellent que des masques et gants usagés ont été retrouvés sur 30% des pages surveillées au Royaume-Uni et par 69% des nettoyages citoyens dans le même pays. En outre, plusieurs masques ont également été retrouvés sur une île inhabitée proche de Hong Kong.

Plusieurs dizaines de cas

Ces équipements peuvent être un danger mortel pour bon nombre d'animaux. Dans le cadre de ces recherches, dont les conclusions sont publiées dans la revue Animal Biology, les scientifiques ont mis en ligne une plateforme participative sur laquelle il est possible de rapporter le cas d'un animal mis en difficulté par un EPI.

Et les cas se comptent par dizaines. Le premier en date, qui remonte d'avril 2020, concerne un merle d'Amérique retrouvé étranglé par un masque dont la composition, cordons en caoutchouc et tissu en polypropylène, peut être fatale aux animaux. Il est également question d'un faucon pèlerin ou de colverts qui ont succombé de la même manière. Dans cette longue liste figure aussi un poisson globe mort dans un gant, ainsi qu'un chien ayant ingéré un masque.

"Les animaux s'affaiblissent en raison de leur enchevêtrement, ou meurent de faim à cause du plastique dans leur estomac", explique au Guardian Liselotte Rambonnet de l'Université de Leiden aux Pays-Bas, l'une des responsables de ces recherches.

Privilégier les masques réutilisables

Selon le Guardian, les recherches sur le sujet ont débuté après que plusieurs chercheurs ont été alertés par des volontaires sur la situation de plusieurs animaux identifiés comme en difficulté, lors d'un nettoyage de canal aux Pays-Bas.

Pour les auteurs, cette étude et ses conclusions inquiétantes doivent permettre à chacun de réfléchir à sa manière d'utiliser les EPI et surtout de se tourner vers les masques et gants réutilisables. Il est également conseillé, en ce qui concerne les gants, de découper ces derniers au niveau du poignet et des doigts afin d'empêcher les poissons de s'y bloquer.

En France, le sujet des masques jetés dans la nature et leur impact sur la faune et la flore est un sujet abordé depuis de longs mois par plusieurs associations. C'est le cas d'Opération Mer Propre, qui en mai 2020 avait alerté de la présence de plusieurs masques dans les eaux méditerranéennes.

https://twitter.com/Hugo_Septier Hugo Septier Journaliste BFMTV