BFMTV

Les députés Verts voteront contre le Grenelle II

Les trois députés Verts voteront mardi contre le projet de loi Grenelle II, un texte qui contient selon eux "des dizaines de reculs" en matière de défense de l'environnement, qu'il s'agisse notamment des contraintes imposées au secteur éolien, de l'abando

Les trois députés Verts voteront mardi contre le projet de loi Grenelle II, un texte qui contient selon eux "des dizaines de reculs" en matière de défense de l'environnement, qu'il s'agisse notamment des contraintes imposées au secteur éolien, de l'abando - -

PARIS - Les trois députés Verts voteront mardi contre le projet de loi Grenelle II, un texte qui contient selon eux "des dizaines de reculs" en...

PARIS (Reuters) - Les trois députés Verts voteront mardi contre le projet de loi Grenelle II, un texte qui contient selon eux "des dizaines de reculs" en matière de défense de l'environnement.

Entre la loi Grenelle I, qu'ils avaient approuvée en 2008, et le nouveau projet de loi, "le climat d'écolo-scepticisme de 2010 et la revanche des lobbies se sont traduits par des ambiguïtés, des régressions et des trahisons inacceptables", dénonce Yves Cochet dans un communiqué.

Outre les contraintes imposées au secteur éolien, il cite, entre autres, l'abandon de la taxe carbone après les élections régionales, le report de l'étiquetage carbone ou la faible responsabilité des entreprises en matière environnementale.

Les députés écologistes avaient voté la première loi issue du Grenelle de l'environnement car elle "contenait des promesses et des incertitudes" mais "la loi Grenelle II est décevante: nous voterons contre" mardi lors du vote solennel par l'Assemblée, souligne le député.

Le président du groupe socialiste à l'Assemblée Jean-Marc Ayrault a déclaré la semaine dernière que les députés socialistes étaient "partis pour voter contre" le projet de loi.

Aux yeux d'Yves Cochet, le texte défendu par le ministre de l'Ecologie, Jean-Louis Borloo signe "la mort du petit éolien".

Mardi, alors que le débat sur le Grenelle II s'ouvrait à l'Assemblée nationale, la majorité a accepté de retirer un de ses amendements qui portait à 15 mégawatts le seuil de production de toute nouvelle implantation d'éoliennes.

Cependant, tel qu'il a été adopté vendredi, l'article 34 du projet de loi fixe un minimum de cinq mâts pour les futurs parcs éoliens, prévoit un "éloignement minimal de 500 mètres" entre les éoliennes et les habitations les plus proches et classe les éoliennes dans la catégorie des Installations classées pour la protection de l'environnement (ICPE).

"Finies les éoliennes communales et coopératives adoptées par les citoyens, les agriculteurs et les institutions d'un village, place aux grands groupes financiers seuls capables d'investir dans des centrales éoliennes", accuse Yves Cochet.

Laure Bretton, édité par Nicolas Delame