BFMTV

Le pape évoque une vérité terrifiante à propos de la pédophilie

Les cas de pédophilie imputés à des prêtres catholiques doivent amener l'Eglise à prendre conscience que la plus grande menace qui pèse sur elle vient des péchés commis en son sein, déclare le pape Benoît XVI, ici à bord de l'avion qui le conduit au Portu

Les cas de pédophilie imputés à des prêtres catholiques doivent amener l'Eglise à prendre conscience que la plus grande menace qui pèse sur elle vient des péchés commis en son sein, déclare le pape Benoît XVI, ici à bord de l'avion qui le conduit au Portu - -

LISBONNE - Les cas de pédophilie imputés à des prêtres catholiques doivent amener l'Eglise à prendre conscience que la plus grande menace qui pèse...

LISBONNE (Reuters) - Les cas de pédophilie imputés à des prêtres catholiques doivent amener l'Eglise à prendre conscience que la plus grande menace qui pèse sur elle vient des péchés commis en son sein, déclare mardi le pape Benoît XVI.

"Nous voyons aujourd'hui d'une façon vraiment terrifiante que la plus grande persécution de l'Eglise ne vient pas de ses ennemis extérieurs mais qu'elle procède du péché au sein même de l'Eglise", a-t-il déclaré aux journalistes à bord de l'avion qui le conduisait au Portugal.

L'Eglise, a-t-il ajouté, doit vraiment faire pénitence pour ses péchés et se purifier.

Le pape a souligné que l'Eglise devait demander pardon aux victimes, ajoutant toutefois que "le pardon ne peut remplacer la justice".

Le souverain pontife entame une visite de quatre jours au Portugal. Il se rendra au sanctuaire marial de Fatima, où la Vierge serait apparue six fois à des petits bergers en 1917.

Ces dernières semaines, plusieurs responsables du Vatican on accusé les médias de mener une campagne de dénigrement contre l'Eglise catholique.

Mgr Angelo Sodano, ancien secrétaire d'Etat du Saint-Siège et aujourd'hui doyen du collège des cardinaux, a même présenté comme des "ragots sans importance" les allégations de pédophilie, la plupart remontant à des dizaines d'années.

Cinq évêques, un Belge, un Allemand et trois Irlandais, ont récemment démissionné après avoir été impliqués dans de tels scandales ou avoir tenté de les couvrir.

Lors d'une visite à Malte le mois dernier, Benoît XVI a promis que l'Eglise catholique ferait "tout ce qui est en son pouvoir" pour traduire en justice les responsables d'abus sexuels et protéger les jeunes.

Les reproches de mauvaise gestion ou de tentative de camouflage des cas de pédophilie dans les églises américaine, allemande, irlandaise ou italienne, notamment, éclaboussent le pape parce qu'il avait été sous son prédécesseur, Jean Paul II, chargé des questions de discipline au sein du clergé, en tant que président de la Congrégation pour la doctrine de la foi.

Philippe Pullella, Jean-Philippe Lefief et Guy Kerivel pour le service français