BFMTV

Le mont Everest a-t-il perdu de sa hauteur?

La face nord du mont Everest

La face nord du mont Everest - Luca Galuzzi via Wikimedia Creative Commons

En Inde, des scientifiques évoquent la possibilité que le tremblement de terre survenu au Népal en avril 2015 ait réduit la hauteur du point culminant de la planète. Une équipe d'experts a été missionnée pour procéder à de nouvelles mesures.

Parmi les quelques certitudes dont dispose un être humain, on distingue par exemple celles-ci: le soleil se lève à l’est et le mont Everest, point culminant du globe, atteint 8.848 mètres. Seulement voilà, si l’astre n’a pas inversé sa trajectoire, la seconde proposition est à présent remise en doute. En effet, des géomètres indiens se demandent si le plus haut sommet de l’Himalaya n’a pas rapetissé sous les coups du séisme qui a ravagé le Népal en 2015, raconte ici le site de la BBC. Swarna Subba Rao, le "surveyor general" de l’Inde selon la titulature officielle (qu’on pourrait traduire en français par "Expert général", haute fonction scientifique locale liée à l’administration), s’est fait l’écho de cette hypothèse en marge du Forum géospatial mondial qui se clôt ce mercredi dans la ville indienne d’Hyderabad.

Une expédition en partance

Swarna Subba Rao a confié qu’une expédition serait envoyée sur les pentes de l’Everest et devrait, en collaboration avec le Népal qui possède également une partie de l’Himalaya, procéder à de nouvelles mesures de la hauteur du plus célèbre des pics montagneux.

Si le soupçon s’abat aujourd’hui sur l’altitude exacte du mont Everest c’est que des données satellites ont permis de déterminer que, dans la foulée du tremblement de terre qui a ensanglanté, il y a près de deux ans, le royaume voisin de l’Inde, de larges portions de ce territoire s’étaient élevées de près de dix mètres tandis que d’autres avaient chuté. C’est le cas d’une partie de l’Himalaya. S’il se confirme que le mont Everest a bien perdu de sa superbe dans l’affaire, celui-ci ne tombera pas de trop haut cependant. Les chercheurs s’attendent à une réduction éventuelle d’un mètre de la taille totale du géant.

Quinze jours de calcul

C’est la première fois depuis 1955 que l’on met en place une expédition pour évaluer la hauteur de l’Everest. A l’époque, l’étude avait d’ailleurs était conduite par la même entité indienne, note le Washington Post qui ajoute que les savants d’aujourd’hui pourront s’appuyer sur des instruments de mesure dont ne bénéficiaient pas leurs prédécesseurs: des équipements GPS et de nouvelles techniques de triangulation permettant de déterminer la position d’un point par l’examen des angles entre celui-ci et d’autres référents.

Il faudra un mois à l’équipe pour collecter tous les éléments nécessaires à la mesure. Un dernier détail a de quoi affoler les lecteurs fâchés avec les maths: ces grands scientifiques n’espèrent pas, ensuite, venir à bout de leurs calculs avant quinze jours.

R.V.