BFMTV

L'éruption continue en Islande, le nuage reste à basse altitude

L'éruption du volcan islandais Eyjafjöll, qui a paralysé pendant six jours les transports aériens européens, se poursuit mais le nuage de cendres qu'il projette se maintient à basse altitude. /Photo prise le 21 avril 2010/REUTERS/Ingolfur Juliusson

L'éruption du volcan islandais Eyjafjöll, qui a paralysé pendant six jours les transports aériens européens, se poursuit mais le nuage de cendres qu'il projette se maintient à basse altitude. /Photo prise le 21 avril 2010/REUTERS/Ingolfur Juliusson - -

REYKJAVIK - L'éruption du volcan islandais Eyjafjöll, qui a paralysé pendant six jours les transports aériens européens, se poursuit mais le nuage...

REYKJAVIK (Reuters) - L'éruption du volcan islandais Eyjafjöll, qui a paralysé pendant six jours les transports aériens européens, se poursuit mais le nuage de cendres qu'il projette se maintient à basse altitude, rapportent les autorités.

Le volcan, situé à 120 km au sud-est de la capitale, Reykjavik, est devenu moins explosif mais les secousses qu'il provoque se sont intensifiées, rendant les scientifiques perplexes sur l'évolution de l'éruption.

L'agence européenne de l'aviation civile, Eurocontrol, a indiqué que le trafic aérien devrait retrouver un niveau quasi normal en Europe une semaine après le début des perturbations avec 28.000 vols assurés jeudi contre 29.000 en temps normal.

L'intégralité de l'espace aérien européen est désormais ouvert à l'exception de quelques zones situées dans le sud de la Finlande, le sud de la Norvège, le nord de l'Ecosse et l'ouest de la Suède, qui restent perturbées par le nuage de cendres.

"A la surface (du volcan), les choses se calment", a déclaré Steinunn Jakobsdottir, géophysicienne pour les services météorologiques islandais.

"Seule la fissure la plus au nord est en éruption à présent et le nuage atteint occasionnellement une altitude de trois kilomètres mais il reste plus bas le plus souvent", a-t-elle dit lors d'une conférence de presse. "Il est stable à une altitude de deux à trois kilomètres."

Elle a précisé que les secousses s'étaient intensifiées ces derniers jours. "Nous ne savons pas exactement ce que cela indique mais, à mon avis, cela signifie que (l'éruption) n'est pas en voie de s'arrêter (...) Cela pourrait durer un moment."

Les autorités surveillent avec attention un volcan voisin, le Katla, potentiellement bien plus dangereux. Sa dernière éruption en 1918 avait provoqué d'importantes inondations en faisant fondre les glaces.

L'histoire montre, selon les experts, qu'une éruption de l'Eyjafjöll est souvent suivie d'une éruption du Katla, même si cela ne s'est pas toujours vérifié.

L'éruption du volcan a des conséquences pour la population locale, qui s'inquiète du risque représenté par la forte concentration en fluor dans les cendres pour le bétail.

Patrick Lannin, Clément Dossin pour le service français, édité par Gilles Trequesser