BFMTV

L'atmosphère de Mars modifiée par le passage de la comète Siding Spring

La comète Siding Spring a "frôlé" Mars au mois d'octobre.

La comète Siding Spring a "frôlé" Mars au mois d'octobre. - HO - Nasa - AFP

En frôlant la planète Mars en octobre, la queue de la comète Siding Spring a déversé des milliers de kilogrammes de poussières dans l'atmosphère martienne, au point de la modifier. Un phénomène qui ne se produirait qu'une fois tous les 8 millions d'années.

Les scientifiques n'avaient pas prévu de telles conséquences. La comète qui a frôlé la planète Mars en octobre a illuminé le ciel "d'étoiles filantes" et changé la composition chimique de l'atmosphère de la planète rouge, a révélé la Nasa ce vendredi.

La comète Siding Spring est passée à un peu moins de 136.000 kilomètres de Mars le 19 octobre. Une distance infime, en terme d'espace.

Une fois tous les 8 millions d'années

Les "yeux" de tout ce que la Nasa et l'agence spatiale européenne avaient à disposition pour observer ce phénomène, étaient braqué sur le corps céleste venu des confins du système solaire.

"Nous pensons que ce type d'événement se produit une fois tous les 8 millions d'années", a déclaré Jim Green, directeur de la division science planétaire de l'agence spatiale américaine.

En passant, la queue de la comète a déversé des milliers de kilogrammes de poussières dans l'atmosphère martienne, bien plus qu'initialement prévu.

La poussière de la comète a bombardé la couche supérieure de l'atmosphère clairsemée de Mars et "en a littéralement changé la composition chimique", a expliqué Jim Greene.

Un phénomène observé pour la première fois

Ce phénomène a ainsi été observé pour la première fois avec ce degré d'intensité, a-t-il encore souligné, alors que des analyses en cours doivent montrer si les modifications sont temporaires ou ont un caractère plus permanent.

Les instruments de mesure ont détecté notamment des ions de fer, de magnésium et de sodium, autant d'éléments mesurés pour la première fois sur une comète originaire du nuage d'Oort, qui se situe dans la lointaine banlieue de notre système solaire.

Des milliers d'étoiles filantes par heure

Si des humains avaient été sur Mars pour observer le phénomène ils auraient vu un intense halo jaune dans le ciel et "il y a avait sans doute des milliers d'étoiles filantes par heure", s'est extasié Nick Schneider, un scientifique de l'université de Boulder en charge d'un instrument du satellite MAVEN, qui est en orbite autour de Mars.

Les chercheurs se sont également félicités d'avoir mis à l'abri derrière la planète, les trois satellites artificiels qui l'observent en permanence.

"Il me paraît assez évident qu'ils n'auraient pas survécu quant on voit la violente réaction de l'atmosphère à la queue de la comète".

Jé. M. avec AFP