BFMTV

Inversion des pôles magnétiques: et si la Terre perdait le nord?

Interaction des particules solaires avec la magnétosphère terrestre. (vue d'artiste)

Interaction des particules solaires avec la magnétosphère terrestre. (vue d'artiste) - NASA - domaine public

Le champ magnétique protège la Terre des particules chargées d'énergie provenant du Soleil. Or, il pourrait entrer dans une période d'instabilité beaucoup plus soudainement et rapidement que prévu, affirme une étude.

L'inversion du champ magnétique terrestre, du moins le suppose-t-on, a déjà eu lieu au cours de la longue histoire de la Terre. Mais alors que l'on pensait que ce processus, période d'instabilité magnétique suivie d'une éventuelle inversion des pôles, prenait des siècles voire des millénaires à s'opérer, de nouvelles mesures spatiales réalisées par l'Agence spatiale européenne (ESA) montrent que le phénomène pourrait être au contraire beaucoup plus rapide.

Une étude internationale publiée dans le numéro de novembre du Geophysical Journal International conclut que ces changements pourraient avoir lieu en quelques décennies seulement. "A l'échelle d'une vie humaine", pour reprendre les morts de Sébastien Nomade, chercheur du Laboratoire des sciences du climat et de l'environnement (LSCE, CEA-CNRS-Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines) interviewé par Le Monde.

Une baisse spectaculaire de 5% en 10 ans

Ces conclusions rendues fin juin sont celles de la mission Swarm qui a vu le lancement de trois satellites destinés à mesurer précisément le champ magnétique terrestre. Contre toute attente, les mesures ont montré que l'intensité avait faibli de 5% en 10 ans, soit une baisse dix fois plus rapide que prévu. A partir de là, toutes les hypothèses, y compris l'avènement d'une nouvelle période d'inversion du champ magnétique, étaient permises. Mais le responsable de la mission Swarm, le Norvégien Rune Floberghagen, avait balayé d'un revers de main cette possibilité: "Un tel renversement n'est pas instantané. Il prendrait plusieurs centaines d'années si ce n'est quelques millénaires", affirmait-il.

Or, selon l'étude internationale précitée, cette baisse est bien le signe qu'une telle inversion magnétique pourrait se réaliser en en temps record. Le chercheur français se veut néanmoins prudent. "Il est difficile de dire que l'on se dirige vers une inversion. Je dirais qu'on n'a pas plus d'arguments pour cette idée que contre", explique-t-il.

Un phénomène inexpliqué, mais aux graves conséquences

Si les scientifiques pensent que ces changements magnétiques résultent de ce que l'on appelle la "dynamo terrestre", causée par le différentiel de mouvement des parties solide et liquide du noyau terrestre, ce phénomène reste largement inexpliqué. Impossible donc, de le prévoir avec certitude.

Comme lors des périodes d'éruptions solaires, cet affaiblissement de la protection magnétique terrestre laisse la "porte ouverte" au vent solaire (d'habitude dévié) et ses particules chargées d'énergie. Si les aurores boréales et les queues des comètes possèdent leur part de poésie, d'autres effets pourraient se révéler beaucoup plus dommageables pour nos sociétés modernes. Perturbations des signaux électromagnétiques, des appareils électroniques, corrosion prématurée des pipelines, jusqu'à des coupures de courant massives comme en 1989 au Québec, les conséquences sont innombrables.

David Namias