BFMTV

Des historiens ont identifié la pire année pour l'humanité

Plusieurs éruptions similaires à celle de l'Eyjafjallajökull en 2010 ont été recensées cette année-là

Plusieurs éruptions similaires à celle de l'Eyjafjallajökull en 2010 ont été recensées cette année-là - Emmanuel Dunand - AFP

Entre éruptions volcaniques, brouillard épais, famine et chute des températures, l'année 536 marque le début d'une période hostile pour l'humanité.

Et si la pire année pour être vivant sur Terre avait été identifiée? C'est en tout cas ce que croit savoir la revue scientifique américaine Science qui, en s'appuyant sur des travaux britanniques publiés par l'Université de Cambridge, dresse un portrait-robot de cet annus horribilis. Pour Michael McCormick, membre de l’équipe de recherche et historien médiéval à Harvard, l'année 536 est en effet "le début d’une des pires périodes de l’Histoire pour être en vie, sinon la pire année."

Pour en arriver à cette conclusion, les historiens et scientifiques ont étudié les isotopes de plomb retrouvés dans des carottes de glace prélevées dans un glacier suisse; celles-ci ont permis de comprendre l'atmosphère d'alors. Ainsi, cette année-là, il a été établi qu'un épais brouillard a plongé l'Europe, le Moyen-Orient et une partie de l'Asie dans l'obscurité.

Famine et peste

Il s'agit en fait de la résultante de l'éruption de plusieurs volcans sur la planète, dont les cendres se sont déposées sur plusieurs continents. De plus, 536 est également le début d'une période de froid intense puisque cette année-là, les températures ont baissé de 1,5 à 2,5 degrés, soulignent les travaux. 

Logiquement, cette baisse des températures n'a pas été sans conséquences pour le quotidien d'alors. Selon l'étude, ce climat rude a été la cause d'une perte colossale des récoltes et le déclenchement d'une famine, accompagnée quelques années après d'une épidémie de peste qui a décimé une partie de l'Europe et du Moyen-Orient.

Une épidémie historiquement importante, puisqu'elle porte un coup fatal à l’Empire romain d’Orient (Empire Byzantin), déjà en déliquescence avancée alors que s'amorcent les premières décennies du Moyen-Age. 

Hugo Septier