BFMTV

Découverte d'une mystérieuse cellule à l'Assemblée

BFMTV

PARIS - Des travaux en cours à l'Assemblée nationale ont mis au jour jeudi une petite cellule avec des barreaux qui était emmurée depuis des années,...

PARIS (Reuters) - Des travaux en cours à l'Assemblée nationale ont mis au jour jeudi une petite cellule avec des barreaux qui était emmurée depuis des années, à proximité de l'hémicycle.

On ignore l'usage qui a pu être fait de cette pièce d'environ deux mètres de long et deux mètres de haut.

Les services de l'Assemblée ont décidé d'engager des recherches afin de percer le mystère de cette cellule dont certains pensent qu'elle a pu être utilisée par les troupes allemandes pendant l'Occupation, entre 1940 et 1944.

Le président de l'Assemblée, Bernard Accoyer, est venu visiter le cachot découvert dans l'escalier du Palais-Bourbon qui mène d'une salle de presse, la salle Fragonard, à une autre, la salle André Passeron.

La démolition d'un fin mur en plâtre a fait apparaître une grande porte de bois. Derrière, les ouvriers ont trouvé une cellule plongée dans l'obscurité et fermée par des barreaux, avec un petit banc de pierre.

L'aération se fait par une légère ouverture dans le plafond situé à environ deux métres du sol. Le sol est jonché de bouts de moquette ce qui permet de penser que cette cellule aurait été emmurée au XXe siècle.

Deux étages plus haut, sur les murs d'une salle donnant sur les toits, où des soldats allemands étaient postés en permanence pendant la Seconde Guerre mondiale pour surveiller la place de la Concorde, de l'autre côté de la Seine, figurent encore quelques graffitis écrits dans la langue de Goethe.

Service France, édité par Gilles Trequesser