BFMTV

BP continue de rechercher des moyens d'enrayer la marée noire

Sur le port d'Ocean Springs, Mississippi, un panneau invite les propriétaires de bateaux volontaires à participer à une formation pour prendre part à la lutte contre la marée noire. Les ingénieurs du groupe pétrolier BP continuaient dimanche d'étudier les

Sur le port d'Ocean Springs, Mississippi, un panneau invite les propriétaires de bateaux volontaires à participer à une formation pour prendre part à la lutte contre la marée noire. Les ingénieurs du groupe pétrolier BP continuaient dimanche d'étudier les - -

par Erwin Seba ROBERT, Louisiane - Les ingénieurs de BP continuaient dimanche d'étudier les moyens d'enrayer la marée noire qui continue de...

par Erwin Seba

ROBERT, Louisiane (Reuters) - Les ingénieurs de BP continuaient dimanche d'étudier les moyens d'enrayer la marée noire qui continue de s'étendre dans le golfe du Mexique après l'échec d'une tentative de mise en place d'un dôme de confinement sur la fuite provenant d'un puits de forage.

BP a dû suspendre la mise en place de la structure haute de quatre étages, seul espoir d'endiguer à court terme la marée noire, parce que des cristaux de glace inflammables s'y étaient formés.

Le dôme géant a été déposé sur le fond de l'océan à 200 mètres environ de la fuite tandis que BP réfléchit à une solution, ce qui pourrait prendre deux jours, a déclaré samedi la compagnie pétrolière.

"Les gens travaillent 24 heures/24 au siège de BP", a déclaré dimanche l'amiral Thad Allen, des garde-côtes américains. Mais travailler à des profondeurs de 1.500 mètres complique le défi, a-t-il noté.

Au moins 5.000 barils (800.000 litres) de pétrole s'échappent chaque jour du puits depuis l'explosion, le 20 avril, de la plate-forme Deepwater Horizon, qui a causé la mort de 11 membres d'équipage.

Sur l'île Dauphin, dans l'Alabama, où nageurs et amateurs de bains de soleil se donnent rendez-vous chaque fin de semaine, des vacanciers ont trouvé des boulettes de goudron sur près d'un kilomètre de plage. Ces boulettes sont en cours d'analyse pour déterminer si elles proviennent de la marée noire.

BLOQUER LA VANNE DÉFECTUEUSE

Tony Hayward, directeur général de BP, a déclaré au Sunday Telegraph de Londres qu'il pourrait falloir plusieurs semaines ou mois pour contrôler la fuite. Il a estimé que la compagnie pourrait devoir consacrer 10 millions de dollars par jour aux efforts de nettoyage.

Une solution possible serait de chauffer la zone où se sont accumulés des hydrates de méthane - un mélange d'hydrocarbures gelés et d'eau qui se forme dans les profondeurs froides - a déclaré Doug Suttles, responsable des opérations.

Si le problème est réglé, les techniciens pourront fixer une conduite au dôme et diriger le pétrole recueilli dans la structure vers un bateau-pompe situé en surface. L'objectif serait de pomper environ 85% du pétrole qui s'échappe de la fuite.

BP pourrait aussi tenter de bloquer la vanne défectueuse du puits en y injectant à haute pression des débris, ou en installant par au dessus une nouvelle vanne.

Par ailleurs, BP fore un puits annexe pour arrêter la fuite, mais cela pourrait prendre trois mois.

Dimanche encore, des centaines de bateaux se sont employés à déployer des barrages flottants et à répandre des produits dispersants.

Les bateaux arrivant à Southwest Pass, à l'embouchure du Mississippi, seront inspectés pour déterminer s'ils doivent être nettoyés. Deux stations de nettoyage ont été installées mais aucun bateau n'a encore dû y recourir.

Avec Anna Driver à Houston, Tom Brown et Pascal Fletcher à Miami, Steve Gorman, Verna Gates et Kelli Dugan à l'île Dauphin, Eric Beech à Washington, Nicole Dupont pour le service français