BFMTV

Zika: pourquoi il ne faut pas céder à la psychose en Europe

Le moustique "Aedes Aegypti"

Le moustique "Aedes Aegypti" - Marvin Recinos - AFP

Le virus n'est que rarement grave, et très rarement mortel. Le risque concerne essentiellement les femmes enceintes et, les moustiques-tigres ne sont pas actifs en Europe avant le printemps.

Une simple piqûre de moustique et, quelques mois plus tard, un bébé qui naît avec une boîte crânienne anormalement petite. Le virus Zika a de quoi semer la panique, 3 à 4 millions de cas sont attendus cette année. L'OMS tiendra d'ailleurs une réunion d'urgence le 1er février. Pourtant, les Européens ont certaines raisons de se rassurer pour le moment.

Seulement deux types de complications présumées

Avant tout, Zika est, la plupart du temps, une maladie bénigne. L'infection en elle-même semble inoffensive: non contagieuse, elle se manifeste par des symptômes grippaux (fièvre, maux de tête, courbatures) avec des éruptions cutanées, trois à douze jours après la piqûre par le moustique. Dans 80% des cas, la maladie, très rarement mortelle, passe même inaperçue. 

Deux types de complications graves ont été décrites, des complications neurologiques et des malformations, notamment des microcéphalies (taille réduite de la boîte crânienne, néfaste au développement intellectuel), sur les foetus de femmes enceintes malades.

Mais le lien causal direct entre virus et complications n'a pour le moment pas été définitivement établi.

  • Pas de femme enceinte concernée en Europe

Il n'existe aucun remède spécifique, ni aucun vaccin. Pour se protéger, il faut donc éviter de se faire piquer par des moustiques.

Si le virus a été confirmé dans au moins six pays européens, aucune infection n'a été rapportée chez des femmes enceintes. Si elles ne se rendent pas dans les zones où le virus est actif, l'épidémie devrait rester circonscrite en Europe. 

La ministre de la Santé, Marisol Touraine a d'ailleurs recommandé jeudi aux femmes enceintes, ou envisageant de l'être, de différer d'éventuels voyages aux Antilles, en Guyane ou dans les pays touchés.

Pas de moustiques avant le printemps

Ce sont les femelles moustiques Aedes albopictus, ou moustiques-tigres, qui transmettent le virus. Or ces insectes ne seront pas actifs en Europe avant le printemps. La maladie ne peut donc pas être transmise pour le moment en France métropolitaine. Les cas repérés dans l'hexagone concernent cinq voyageurs.

"Il n'y a pas actuellement de risque de transmission du virus Zika en métropole: nous ne sommes pas dans la période d'activité des moustiques Aedes, vecteurs du virus, comprise entre mai et novembre", a tenu a préciser le ministère de la Santé.

  • "Il n’y a pas lieu de s’inquiéter pour l’instant" en métropole, expliquait récemment le médecin Alain Ducardonnet sur BFMTV. La Martinique et la Guyane sont, en revanche passées au stade épidémique.

Frédéric Tangy, directeur de l'unité vaccination à l'institut Pasteur et directeur de recherches au CNRS, a expliqué sur France Info qu'"on ne devrait pas craindre une expansion énorme de cette infection en Europe car cela reste une infection tropicale".

A. D. avec AFP