BFMTV

VIH: plus de 20.000 personnes ont initié une prophylaxie pré-exposition (PrEP) pour éviter une contamination

Des comprimés de Truvada, un médicament destiné aux personnes séropositives mais aussi utilisé pour prévenir une infection par le VIH.

Des comprimés de Truvada, un médicament destiné aux personnes séropositives mais aussi utilisé pour prévenir une infection par le VIH. - JUSTIN SULLIVAN / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP P

Avant la journée mondiale de lutte contre le sida le 1er décembre 2019, l’Agence du médicament (ANSM) et l’Assurance maladie (CNAM) publient des données sur l’utilisation de la prophylaxie pré-exposition (PrEP), un médicament pris pour éviter une contamination au VIH.

C’est une révolution dans la prévention du VIH. Et les Français qui ont un haut risque de contracter le virus se la sont appropriée. Depuis trois ans, 20.478 personnes ont initié une prophylaxie pré-exposition (PrEP), soit le double du nombre recensé fin juin 2018, selon un bilan dévoilé ce mercredi par le Groupement d’intérêt scientifique EPI-PHARE constitué par l'ANSM et la CNAM.

Cette stratégie préventive, accessible depuis presque quatre ans en France, s’adresse aux personnes qui n’ont pas le VIH. Elle consiste à prendre un médicament - du Truvada ou un générique - afin d’éviter de se faire contaminer.

Une utilisation encore rare en outre-mer

Selon ce rapport, les utilisateurs de la PrEP sont principalement des hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes (HSH), âgés de 37 ans en moyenne, résidant en Ile-de-France ou dans une grande métropole. Les auteurs notent que l’utilisation de la PrEP reste rare dans les départements et territoire d'outre-mer où, par ailleurs, les nouveaux diagnostics de séropositivité sont les plus nombreux.

Fait notable selon l’étude, la grande majorité (80 à 85%) des utilisateurs renouvellent leur traitement d’un semestre à l’autre, ce qui prouve un bon niveau de maintien de la PrEP après son initiation.

Comme le veulent les conditions de prescription actuelles, dans neuf cas sur dix, la PrEP est initiée à l’hôpital. Il en est de même pour son renouvellement (85% des cas).

Une des techniques de prévention

Dans un communiqué, l’Agence du médicament (ANSM) rappelle que l’utilisation du Truvada, ou ses génériques, dans la PrEP VIH, s’intègre "dans une stratégie de prévention diversifiée de la transmission du VIH par voie sexuelle".

L’autorité sanitaire rappelle notamment l’importance de "promotion de l’usage du préservatif", "le recours au dépistage régulier du VIH et des autres IST", "la connaissance du statut virologique VIH du/des partenaires", "le recours au Treatment as Prevention (TasP) chez le partenaire séropositif" et "le recours à la prophylaxie post-exposition (PEP)", un traitement d’urgence à qui doit être pris au plus tard dans les 48 heures après un risque de transmission puis tous les jours pendant un mois.

Margaux de Frouville