BFMTV

Valérie Fourneyron hospitalisée: qu'est ce que "le syndrome méningé"?

L'entrée de l'hôpital militaire du Val de Grâce situé dans le 5e arrondissement de Paris

L'entrée de l'hôpital militaire du Val de Grâce situé dans le 5e arrondissement de Paris - -

Valérie Fourneyron, la nouvelle secrétaire d’État chargée du Commerce est hospitalisée depuis vendredi pour un "syndrome méningé". Comment se caractérise ce syndrome? Éléments de réponses avec le Dr Christophe Prudhomme.

Après avoir passé trois jours en réanimation, la nouvelle secrétaire d’État chargée du Commerce, Valérie Fourneyron, est toujours hosiptalisée au Val de Grâce pour un "syndrome méningé", a annoncé ce mardi son ministre de tutelle, Arnaud Montebourg.

Qu'est ce qu'un "syndrome méningé"? De quoi souffre exactement l'ancienne ministre des Sports? Détails et précisions avec le Dr Christophe Prudhomme, porte-parole de l'Association des Médecins Urgentistes.

Est-ce une forme de méningite?

Précisons tout d'abord qu'un syndrome méningé n'est pas une forme de méningite. On parle de syndrome pour désigner des signes cliniques. Ici, il s'agit d'une irritation des méninges avec les symptômes suivants: céphalées (maux de tête), raideurs dans la nuque, photophobie (crainte de la lumière) et vomissements.

Quelles peuvent en être les causes?

Les causes peuvent être virales ou bactériennes ou encore résulter d'une hémorragie méningée. Mais dans le cas de la secrétaire d'Etat, il est fort probable que ce soit d'origine virale, comme une infection ORL ou pulmonaire qui a dégénéré. 

La méningite, dont on parle beaucoup et qui touche généralement des jeunes, risque peu de concerner Valérie Fourneyron. Si cette maladie, lorsqu'elle est d'origine bactérielle, existe aussi chez des adultes, elle concerne le plus souvent des sujets alcooliques et tabacologiques.

Une longue convalescence est-elle à prévoir? Pourra-t-elle revenir exercer ses fonctions rapidement?

Etant donné que Valérie Fourneyron semblait présenter les symptômes évoquées plus tôt, il était de toutes façons urgent de l'hospitaliser et de la placer en soins intensifs. Ces signes cliniques sont graves puisqu'ils touchent le système nerveux central -cerveau et moëlle épinière-. Mais si la patiente est sortie de réanimation, ce n'est pas si grave. Il lui faudra quelques jours pour se remettre, un peu comme si elle avait été touchée par une grippe sévère.

Mélanie Godey