BFMTV

Un tiers des Français utilisent leur smartphone à table

Envoi d'un textos ou SMS. (Illustration) -

Envoi d'un textos ou SMS. (Illustration) - - Roslan Rahman - AFP

Pour tromper l'ennui ou par réflexe inconscient, un Français sur trois utilise son smartphone pendant les repas, selon une enquête réalisée par l’institut Kantar pour RTL et Le Parisien. Un geste anodin qui a des conséquences sur la convivialité et la façon de se nourrir.

Le smartphone, meilleur compagnon de tablée? Selon une étude Kantar pour Amora, révélée par RTL et Le Parisien, un tiers des Français et 49% des 18-34 ans ne décrochent pas de leur téléphone pendant les repas de famille. Au restaurant, chez des amis ou en famille, les écrans ne sont jamais bien loin. Il suffit d’un blanc dans la conversation, d’un moment de latence, pour que nos doigts activent le smartphone en vue de consulter les textos et réseaux sociaux, comme un réflexe irrépressible.

Un réflexe contre l'ennui

Pourtant, 65% des Français estiment que cette manie est un "manque de politesse" et qu’elle empêche de "profiter de l’instant présent", note l’étude. Face à ce qu’ils qualifient d’addiction, deux tiers des Français ont déjà essayé de décrocher afin de mieux profiter de ce moment de partage qu’est le repas. Mais plus facile à dire qu’à faire.

"Toutes les 5 minutes, je regarde au moins la page d'accueil. C'est un réflexe contre l'ennui", explique une jeune femme de 28 ans à RTL.

Les liens sociaux s’en trouvent impactés. On fait moins d’effort pour entretenir la conversation et s’intéresser à celui ou celle qui partage notre table. Garder les yeux rivés sur les écrans a également une conséquence sur la façon de s’alimenter.

Conséquences sociales et nutritionnelles

"On se met à manger mécaniquement, cela peut nous conduire à avaler entre 15 à 20% de quantités en plus chez l’adulte et jusqu’à 30% de plus chez l’enfant", indique la nutritionniste Sophie Deram au Parisien.

Comment retrouver une table classique avec seulement des assiettes, des couverts, et des verres, sans smartphone? C’est aux parents de donner l’exemple à leurs ados, préconise le professeur de psychologie du développement, Olivier Houdé, sur RMC: "Il faut une prise de conscience des parents avant. Qu’ils redonnent aujourd’hui de bons modèles de rapport aux écrans que les enfants imiteront."

Ambre Lepoivre