BFMTV

Trois Français sur dix ont des difficultés à accéder à un médecin généraliste

Une feuille de soins, une carte d'assurance maladie, un stéthoscope et un tensiomètre dans un cabinet médical (image d'illustration).

Une feuille de soins, une carte d'assurance maladie, un stéthoscope et un tensiomètre dans un cabinet médical (image d'illustration). - Philippe Huguen-AFP

Près de trois Français sur trois estiment qu'il est difficile d'accéder à un médecin généraliste et près d'un sur deux à un spécialiste. Pourtant, la majorité des Français assurent être satisfaits de leur médecin.

Si une majorité des Français assurent être satisfaits de leur médecin, il existe une forte disparité d'accès aux généralistes et aux spécialistes. Selon une étude publiée jeudi par le ministère de la Santé, plus de 8 Français sur 10 se déclarent satisfaits de la qualité des soins dispensés par leur médecin. Mais des disparités d'accès existent. En effet, trois Français sur dix assurent avoir des difficultés d’accès à leur généraliste et près d’un sur deux à des spécialistes.

Grâce à l'APL (accessibilité potentielle localisée), un outil utilisé pour mesurer les difficultés d'accès aux soins, l'étude intitulée "Qualité et accès aux soins: que pensent les Français" a mis en évidence les difficulté d'accès aux soins des Français. Ainsi, il apparaît que les ophtalmologues sont les spécialistes les moins accessibles (pour un quart des sondés), devant les médecins généralistes.

"29% pensent qu’à proximité de chez eux, il n’y a pas assez de médecins généralistes et environ la moitié partagent cette idée à propos des médecins spécialistes (47%). D’après eux, ce sont d’abord les ophtalmologues (pour un quart des Français) et ensuite les médecins généralistes (pour 18%) dont il faudrait favoriser en priorité l’installation près de chez eux".

Les jeunes tournés vers l'automédication

L’étude met également en exergue une différence de perception chez les personnes dans le besoin. Les personnes en difficulté financière ou en mauvaise santé sont bien plus critiques à l'égard de la situation du système médical et se montrent méfiantes "vis-à-vis des informations délivrées par les médecins". En outre, 61% des personnes se déclarant en mauvaise santé sont insatisfaits de l’accès aux médecins, contre 49% des personnes 'en bonne santé'.

Enfin, 35% des demandeurs d'emplois interrogés s'estiment non satisfaits de la qualité des soins apportés par les médecins, contre 23% des Français exerçant une profession libérale ou étant cadres supérieurs.

Autre phénomène, la médecine parallèle. Selon le ministère de la Santé, "58 % des Français déclarent consulter leur médecin en premier lieu en cas de problème médical, mais l’automédication et la recherche de conseils en dehors du système de soins sont les premiers réflexes de plus d’un tiers d’entre eux, en particulier des plus jeunes".

Guillaume Dussourt