BFMTV

Testé positif au Covid-19, le député LaREM Guillaume Vuilletet raconte sa guérison

Les députés dans l'hémicycle, à l'Assemblée nationale, le 23 avril 2013. - Martin Bureau - AFP

Les députés dans l'hémicycle, à l'Assemblée nationale, le 23 avril 2013. - Martin Bureau - AFP - -

Le député du Val-d'Oise, un des premiers parlementaires français à avoir contracté le nouveau coronavirus, dit avoir ressenti de la fièvre et des douleurs pendant 48 heures. Et beaucoup de fatigue.

“Écoutez a priori oui, je suis guéri.” Guillaume Vuilletet, l’un de nos députés à avoir été testés positifs au SARS-CoV-2, affirme aujourd’hui se sentir bien. Interrogé ce jeudi sur notre antenne via Skype, l’élu La République en marche du Val-d’Oise a raconté son expérience de confinement forcé après avoir contracté le nouveau coronavirus.

“J’ai terminé ma période de quatorzaine individuelle”, a-t-il déclaré avec le sourire. 

Ce parlementaire marcheur faisait partie des premiers cas avérés de Covid-19 à l’Assemblée nationale, fortement touchée depuis depuis le début du mois de mars. Guillaume Vuilletet le sait toutefois, il entre désormais dans la période de confinement obligatoire. Il ne fait d’ailleurs pas partie des rares députés à s’être déplacés au Palais-Bourbon ce jeudi pour les discussions autour du projet de loi de finance rectificative lié aux mesures d’urgence prises par le gouvernement pour faire face à la crise.

Fièvre, douleurs, maux de tête

Interrogé sur son vécu, Guillaume Vuilletet dit avoir ressenti, “pendant 48 heures, de la fièvre, des douleurs, maux de tête”.

“Depuis une grosse semaine, je n’ai strictement plus rien”, assure-t-il, avant de tout de même préciser avoir été “très très fatigué” après ses fièvres.

Les remèdes qu’il s’est administré? “Du sommeil et du paracétamol”, répond Guillaume Vuilletet. “Il se trouve que pendant cette période, j’étais à côté de l’Assemblée, donc je vivais seul, il n’y avait pas de problème. Après, entre mes enfants qui vivent d’un côté et moi qui vis de l’autre, il y a une répartition qui s’est faite, avec les distanciations nécessaires pour protéger tout le monde”, a-t-il développé. 

"Je réunissais les conditions pour être testé"

Le député LaREM a été testé - et a donc su avec certitude qu’il avait contracté le Covid-19 - car, dit-il, il avait “été en contact avec une personne qui était une porteuse confirmée” et avait “les symptômes qui allaient avec”. “Je réunissais les deux conditions pour être testé”, ce qui a été fait le 9 mars.

"J'ai commencé à travailler en télétravail avec mes collaborateurs et avec mes collègues assez rapidement, en Skype ou en téléconférence", a-t-il poursuivi.

Pour la suite, Guillaume Vuilletet appelle - comme le gouvernement - les Français à rester chez eux, à avoir "des déplacements minimums" et à être "extrêmement rigoureux sur les gestes barrières". 

"C'est ça qui permet d'endiguer le virus. Et c'est ça aussi qui permettra au système de soin de pouvoir supporter les vagues qui vont arriver. Il faut vraiment qu'on soit individuellement et collectivement responsables", a-t-il insisté.

Avec 18 députés contaminés, quatre membres du personnel, deux collaborateurs et deux personnes extérieures, le Palais Bourbon a été durement touché par la propagation du coronavirus. L'un des parlementaires, le député Les Républicains du Haut-Rhin Jean-Luc Reitzer, a été admis en réanimation.

Jules Pecnard