BFMTV

Sommeil: ils ne dorment que 4h par nuit

Ils ont besoin de seulement quatre ou même trois heures de sommeil par nuit. Qui sont les chanceux qui récupèrent plus vite que la majorité?

Quel point commun entre Napoléon Bonaparte, Victor Hugo, Winston Churchill, Emmanuel Macron? Tous sont ce que l'on appelle de "petits dormeurs". Autrement dit, ces personnalités avaient ou ont un besoin de sommeil naturellement limité. Dormir peu, quatre ou trois heures par nuit, fait de vous soit le chanceux qui n'a pas besoin de faire de longues nuits pour récupérer, soit la personne fatiguée qui doit affronter des "coups de pompes" au cours de sa journée.

Temps de sommeil choisi contre temps de sommeil subi? Le débat ne se pose en réalité pas en ces termes. Depuis quelques années déjà, des études scientifiques ont permis d'identifier l'origine génétique de la capacité hors-norme de récupération des "vrais" petits dormeurs. Il faut entendre par là, ceux qui malgré une nuit de sommeil divisée par deux ou plus par rapport au reste de la population, restent dynamique et en forme tout au long de la journée. Ils ne représentent pas plus de 1% de la population.

Ne pas confondre petite nuit et insomnie

Bien sûr, tous les petits dormeurs ne sont pas "programmés" pour l'être. Dans une majorité de cas, ce déficit de sommeil est subi. Il résulte alors de troubles médicaux ou d'une contrainte extérieure à l'individu, souvent professionnelle. La journée est alors ponctuée de coups de barre, voire d'endormissements. Jacques Chirac, petit dormeur bien connu, était pour sa part adepte des micro-siestes qui lui permettaient de récupérer entre deux interventions publiques, comme le rappelait le Lab d'Europe 1.

Les effets à court terme du manque de sommeil sont une irritabilité, de l'anxiété et un déficit de l'attention. A plus long terme, des conséquences physiques apparaissent: troubles cardio-vasculaires ou déclenchement d'un diabète de type II. La dépression est aussi une conséquence d'une diète hypnique trop prolongée.

L'Express se demandait si le sommeil d'Emmanuel Macron, alors que des témoignages indirects révèlent qu'il dormirait approximativement trois ou quatre heures par nuit, pouvait être un problème. De deux choses l'une, soit le président est un vrai petit dormeur, soit sa fonction l'y contraint. Ces situations sont très différentes. En réalité, si une habitude de raccourcissement des nuits peut être dans une certaine mesure cultivée, la génétique arbitre le tout. Ainsi, à l'opposé, un "gros dormeur" ne faisant que des nuits de sept heures, soit la durée recommandée en moyenne pour les adultes, au lieu de neuf pâtira lui aussi d'un déficit dommageable à longue échéance pour sa santé.

David Namias avec Johanne Portal, Joao Alencar.