BFMTV

Sida: les infections ont chuté de plus d'un tiers depuis 2000

Opération de dépistage du sida organisée par l'ONU à Alger (Algérie), en juin 2015, dans le cadre du programme de lutte contre le VIH.

Opération de dépistage du sida organisée par l'ONU à Alger (Algérie), en juin 2015, dans le cadre du programme de lutte contre le VIH. - Farouk Batiche - AFP

Un rapport des Nations unies publié le 14 juillet annonce que les nouvelles infections par le virus VIH ont diminué de plus d'un tiers depuis 2000. Un début de victoire contre le sida, rendu possible par une lutte acharnée de la communauté internationale.

Alors que la lutte contre le VIH/sida était l'un de ses huit grands Objectifs du Millénaire, l'ONU a annoncé mardi que les nouvelles infections par le virus avaient chuté de 35% ces quinze dernières années. Le secrétaire général des Nations unies Ban Ki-moon a salué cette annonce, estimant que le monde était bien parti pour une "génération sans sida".

Une lutte à plusieurs milliards de dollars

Selon un rapport de l'Onusida publié mardi à Genève et présenté par Ban Ki-moon, il faudra encore débourser 32 milliards de dollars (29 milliards d'euros) par an d'ici à 2020 pour espérer en finir avec le sida avant 2030.

La lutte menée par la communauté internationale contre le sida - grâce aux milliards de dollars investis dont près de la moitié par les Etats-Unis - fait figure de véritable succès, selon le rapport de l'Onusida. Entre 2000 et 2014, les nouvelles infections sont descendues à 2 millions.

Vieillir avec le sida

Encore mieux, les nouvelles infections parmi les enfants ont diminué de 58% sur la même période. Autre bonne nouvelle: les décès liés au sida ont chuté de 41% (à 1,2 million) depuis le pic de 2004.

Le nombre de personnes vivant avec le VIH/sida continue d'augmenter - 36,9 millions l'an dernier, soit 700.000 de plus que l'année précédente -, mais c'est dû au fait qu'il est désormais possible de vieillir avec le sida grâce au succès des thérapies antirétrovirales, toujours plus efficaces et plus faciles d'accès.

H. M. avec AFP