BFMTV

"Sans mon tel": quatre conseils pour commencer sa détox digitale

BFMTV

En moyenne, les jeunes Français passent quatre heures par jour sur leur téléphone. Un total bien trop élevé, selon plusieurs études scientifiques. Voici quelques conseils pour réduire son temps d'écran.

>> Cet article fait partie d'une série, dont le reste est à retrouver ici et

Les jeunes Français passent en moyenne près de quatre heures par jour sur leur téléphone, selon une étude menée par le cabinet américain App Annie. La moitié de ce temps est consacré aux réseaux sociaux. Un comportement qui peut poser problème, d'après plusieurs recherches scientifiques. C'est notamment mon cas. Début novembre, j'ai constaté que je passais plus de huit heures par jour sur mon téléphone.

Pour tenter d’endiguer ce qui peut être considéré comme un problème, et prendre du recul vis-à-vis de son smartphone, j'ai demandé des conseils à Catherine Lejealle, auteure de J’arrête d’être hyperconnectée ! 21 jours pour réussir sa détox digitale.

  • Prendre conscience du problème

“Ce n’est pas forcément le temps passé dessus qui est problématique, c’est plutôt de savoir si c’est vous qui décidez de vos usages, si vous en avez conscience. Ou est-ce que ce sont des notifications qui viennent vous inciter, vous séduire ? L’important, c’est de garder la maîtrise. Si vous passez du temps à préparer un voyage, à aller chercher de l’information parce qu’on le décide, c’est vertueux. le Problème, c’est quand on se laisse embarquer de notifications en notifications, parce qu’il y a un côté hypnotique à Internet. Finalement, il y a une perte de contrôle. Il faut savoir pourquoi on en a besoin, et ne pas se laisser nourrir par le téléphone.”

  • Redevenir maître de son téléphone

“Chaque fois que l’on va prendre son portable, il faut décider ce que l’on va y faire. Les notifications, idéalement, c’est à supprimer. Quand on l’allume, c’est pour se dire “je veux avoir des nouvelles de cet ami”, et aller voir ce qu’il se passe. On perd la notion de ses priorités et de ses urgences. C’est aussi se dire que l’on mérite mieux finalement. Au travail, il faut se faire sa “to do list”, avec ses priorités et ses urgences, essayer d’y répondre dans la journée. Il faut éviter de répondre aux sollicitations des uns et des autres, ce qui est finalement envoyer un mauvais message, celui d’être toujours disponible.”

  • Supprimer et bloquer ses applications

“Est-ce que l’on peut supprimer les applications qui sont déjà disponibles sur ordinateur, où tout est plus lisible et abîme moins la vue ? Il faut se dire que tout ça, c’est secondaire. Il faut faire le tri dans les applications, dans les notifications, suspendre le téléphone quand c’est nécessaire, et s’en détacher dans les moments où l’on n’en a pas besoin. Aujourd'hui, nous avons procédé par stratifications. Nous avons accumulé des réseaux sociaux, et nous n’avons pas ajouté de temps, la journée continue de faire 24 heures. Il faut savoir se mettre ses propres limites. Le cerveau est tout le temps sursollicité, ce qui entraîne des problèmes de concentration et d’endormissement.”

  • Accepter de ne pas tout voir

“Il y a la possibilité de créer des filtres, pour recentrer les flux sur ses centres d’intérêts, pour permettre d’amener quelque chose de plus digestible. Il faut accepter d’être injoignable. Mais au final, 80% des mauvais usages viennent de nous. Il faut savoir faire attention à l’usage où l'on fait une pause et que l'on se laisse hypnotiser par le doux ressac d’Internet, et faire le deuil du “On ne pourra pas tout voir”. Aujourd’hui, il se crée tous les deux jours autant de contenu que la Bibliothèque François Mitterrand. Il vaut mieux tout supprimer et regarder ce qui est vraiment nécessaire, puis s’autoriser à rajouter des choses en se disant qu’on ne peut finalement pas vivre sans. Le but, c'est de faire quelque chose d’assez radical.”

Florian Huvier