BFMTV

Pour le professeur Philippe Amouyel le dépistage massif à Roubaix arrive "trop tard"

La ville de Roubaix va expérimenter un dépistage massif du Covid-19 à la mi-janvier. Mais pour le professeur en santé publique Philippe Amouyel, cette campagne aurait été plus utile avant les fêtes de Noël.

Il fait partie des spécialistes à avoir soutenu l'idée d'un dépistage massif du Covid-19. Pourtant, l'expérimentation menée mi-janvier à Roubaix ne convainc qu'à moitié Philippe Amouyel, professeur en santé publique au CHU de Lille. Selon le scientifique, cet essai arrive "trop tard".

"Malheureusement, on va le faire après les fêtes", regrette le professeur, invité de BFM Lille ce mardi, qui voyait ces tests massifs comme un outil pour limiter la progression de l'épidémie juste avant les rassemblements familiaux de Noël et du Nouvel An.

Un rebond après les fêtes

Pour Philippe Amouyel, un dépistage massif au niveau national aurait permis d'atteindre "les sujets asymptomatiques qui diffusent le virus" pour ensuite les isoler et abaisser le niveau de circulation du virus au plus bas "car on s'attend à un rebond" après les vacances de Noël.

Autre bémol émis par le professeur en santé publique: ces tests massifs auraient une utilité moindre avec l'arrivée d'un vaccin dès le début de l'année prochaine. "L'intérêt de faire baisser la progression du virus, c'est quand on n'a pas d'outil", rappelle Philippe Amouyel.

"On pourra toujours faire du dépistage massif. Mais dans la mesure où il y a cet intéret nouveau dans les vaccins autant se consacrer là dessus", poursuit-il.

Le problème de l'isolement des malades

Cet essai mené à Roubaix permettra tout de même "de voir comment logistiquement on peut s'organiser", reconnaît le scientifique qui rappelle que ces tests doivent s'accompagner d'un traçage des cas contact et d'un isolement pour les malades. "C'est ça le plus plus difficile", juge Philippe Amouyel.

"Tout le monde ne peut pas s'isoler dans de bonnes conditions. Si vous êtes dans un petit appartement à quatre, vous n'allez pas pouvoir. Si vous êtes une maman toute seule, vous n'allez pas laisser votre enfant pour aller s'isoler (...) A mon avis c'est l'élément le plus limitant par rapport à une stratégie de ce type", met en garde le professeur.

Benjamin Rieth Journaliste BFM Régions