BFMTV

Pesticides: 21 résidus différents dans les cheveux des enfants

Un tracteur épand des pesticides le 11 juin 2013 dans le nord de la France.

Un tracteur épand des pesticides le 11 juin 2013 dans le nord de la France. - -

Un laboratoire indépendant a étudié les cheveux de 30 écoliers âgés de 3 à 10 ans, à la demande de l'association Générations Futures. Sur 53 pesticides, 35 ont été retrouvées au moins une fois, dont 13 à chaque fois.

A quel point les enfants sont-ils imprégnés de pesticides? Dans chaque mèche de cheveux, des traces de 21 substances toxiques ont été retrouvées, répond un laboratoire indépendant ce mardi.

A la demande de l'association Générations Futures, les cheveux de 30 écoliers âgés de 3 à 10 ans vivant où allant à l'école dans des zones agricoles. Résultat: 80% des enfants auraient été exposés à des pulvérisations d'insecticides agricoles dans les mois précédant l'étude.

Sur 53 pesticides recherchés et suspectés d'être des perturbateurs endocriniens, 35 ont été retrouvés au moins une fois, 13 retrouvés à chaque fois... dont 7 interdits.

Treize perturbateurs endocriniens retrouvés à chaque fois

"Parce que les enfants constituent une population particulièrement vulnérable aux dangers des perturbateurs endocriniens, ils ne devraient pas y être exposés", juge l'association pour justifier l'étude.

Précisément et en moyenne, 21,52 résidus de pesticides perturbateurs endocriniens ont été retrouvés sur chaque enfant.

Or, des pesticides interdits en France depuis plusieurs années font partie des substances identifiées. Les prélèvements de cheveux ont été réalisés par les parents entre octobre et décembre 2013. "3 cm de cheveux permet de cibler une exposition sur les trois derniers mois", selon l'association.

"Il est urgent d’agir dès aujourd’hui", appelle Générations Futures dans son communiqué qui précise: "Nous demandons au gouvernement français d’être très ferme envers les pays qui, sous la pression de l’Allemagne et de l’Angleterre, voudraient affaiblir arbitrairement la définition des perturbateurs endocriniens".

Enquête Exppert3 - Générations Futures publié par BFMTV

Aurélie Delmas