BFMTV

"Ouvrir les écoles est possible": dans une tribune, des pédiatres appellent au retour des enfants à l'école

Photo d'élèves entrant en classe en respectant des mesures de distanciation, le 12 mai à Paris

Photo d'élèves entrant en classe en respectant des mesures de distanciation, le 12 mai à Paris - Philippe LOPEZ / AFP

Dans une tribune publiée mercredi, plusieurs pédiatres pointent du doigt la nécessité du retour des enfants à l'école pour leur bien-être, et rappellent qu'ils ne représentent qu'un danger minime dans la diffusion du coronavirus.

"Les enfants payent aujourd’hui un lourd tribut à l’hypothèse initiale selon laquelle ils étaient le vecteur principal de la circulation du virus COVID-19". Dans une tribune publiée mercredi sur le site du Quotidien du médecin, plus d'une vingtaine de pédiatres réclament le retour des enfants à l'école, alors que "la quasi-totalité des enfants qui ont été infectés par le COVID-19 l’ont été au contact d’adultes".

Cette tribune a été rédigée par des cadres de la Société Française de Pédiatrie: son président le Pr Christophe Delacourt, la Pr Christèle Gras-Le Guen, secrétaire générale, et le président de son conseil scientifique, le Pr Emmanuel Gonzales.

Mardi sur BFMTV le pédiatre Robert Cohen, signataire de cette tribune, donnait les résultats de son étude sur le sujet. 

"Les enfants sont peu porteurs, peu transmetteurs, et quand ils sont contaminés c'est presque toujours des adultes de la famille qui les ont contaminés", ce qui "confirme complètement l'ensemble de la littérature" scientifique sur le sujet. 

Le pédiatre ajoutait que même entre eux, les enfants sont très peu contagieux.

"Ouvrir les écoles est possible"

"Les enfants payent aujourd’hui un lourd tribut à l’hypothèse initiale selon laquelle ils étaient le vecteur principal de la circulation du virus COVID-19, peut-on lire dans la tribune, "nous savons aujourd’hui que ce n’est pas le cas".

Pour les signataires, "il est urgent de rappeler que des collectivités d’enfants, crèches ou classes, ont continué à exister pendant le confinement, notamment pour les enfants des personnels soignants. Aucune épidémie n’a été relevée dans ces groupes d’enfants, alors que la circulation virale était forte parmi les adultes", rappellent également les auteurs de la tribune.

En ce sens "ouvrir les écoles est possible", martèlent-ils à plusieurs reprises. Selon eux, les mesures barrières pour les enfants reposent "essentiellement sur le lavage des mains à l’eau et au savon". L'imposition d'une distanciation sociale excessive ou du port du masque pour les plus petits (crèches, maternelle ou primaire) "n’est ni nécessaire, ni souhaitable, ni raisonnable". 

"Les protéger tout en leur permettant de rester des enfants"

Pire, les mesures de distanciations excessives "comme la suppression des espaces de jeux, l’interdiction aux enfants de jouer entre eux, ou le refus de consoler un enfant, sont inutiles voire préjudiciables", écrivent-ils. Elles pourraient "entraîner une anxiété particulièrement néfaste au développement des enfants et générateurs de troubles du comportement potentiellement majeurs".

L'impact néfaste du non retour à l'école pour les enfants est particulièrement souligné dans la tribune qui rappelle les conséquences que le confinement a pu avoir pour certains:

"Décrochages scolaires, victimes de maltraitance, absence de protection vaccinale, rupture de suivi pour une maladie chronique".

En ce sens "les enfants à l'extérieur de l'école sont probablement plus en danger qu'à l'intérieur de l'école", avait déclaré Robert Cohen sur BFMTV, disant partager l'analyse du ministre de l'Education nationale qui avait fait une déclaration similaire.

Pour ces pédiatres, les parents ont évidemment un rôle à jouer dans ce retour à l'école. 

Étant les premiers transmetteurs aux plus jeunes, "ce sont les adultes qui doivent protéger les enfants d’une possible contamination, tout en préservant des interactions de qualité entre adultes et enfants ainsi qu’entre les enfants eux-mêmes", écrivent les auteurs de la tribune. "Sachons montrer aux enfants que nous savons les protéger tout en leur permettant de rester des enfants!"
Salomé Vincendon