BFMTV

Nucléaire: une association s'inquiète pour la sécurité des sous-traitants

BFMTV

L'association pour le contrôle de la radioactivité dans l'ouest (Acro) a dénoncé jeudi des "pressions" dont sont selon elle l'objet les salariés qui interviennent en zone radioactive dans les centrales nucléaires, au détriment de leur sécurité.

"Il y a une dérive scandaleuse de la part d'employeurs qui sanctionnent les salariés" lorsque les portiques de contrôle de radioactivité après leur travail détectent une contamination sur eux, assure Pierre Barbey, conseiller scientifique de l'Acro qui publie sur son site internet le témoignage anonyme d'un salarié concerné. "Cet appareil de contrôle est devenu la hantise des salariés, la guillotine de fin de journée (...). Et que font maintenant les salariés des sous-traitants ? Eh bien ils vont tricher", affirme ce témoin.

La plupart des techniciens qui interviennent en zone radioactive, pour la maintenance des réacteurs, sont des salariés de sous-traitants directs ou indirects d'EDF. On estime leur nombre à environ 30.000 en France.

Pour P. Barbey, par ailleurs maître de conférence à l'université de Caen, "qu'un salarié soit contaminé et que ça soit considéré comme une faute et qu'elle soit sanctionnée, c'est grave". Le scientifique cite un courrier reçu selon lui par un travailleur contaminé: "nous vous indiquons que cette sanction présente un caractère disciplinaire et qu'elle sera portée à votre dossier. A l'occasion de toute nouvelle faute, nous serons dans l'obligation d'envisager des actions plus graves". "Le salarié risque de ramener cette contamination chez lui: c'est encore bien plus grave", ajoute-t-il.

la rédaction avec AFP