BFMTV

Nord-Pas-de-Calais: face à la flambée des cas, les dépistages renforcés et la vaccination accélérée

Des panneaux pour guider les patients arrivant pour recevoir le vaccin Covid-19, le 17 février 2021 à Dunkerque

Des panneaux pour guider les patients arrivant pour recevoir le vaccin Covid-19, le 17 février 2021 à Dunkerque - DENIS CHARLET © 2019 AFP

Pour endiguer la diffusion du Covid-19 dans ces deux départements, les autorités sanitaires ont décidé de multiplier les sites de test et d'allouer de nouvelles doses.

Dans le Nord et le Pas-de-Calais, les taux d'incidence grimpent en flèche et le variant britannique se répand. Dans l'espoir d'endiguer la diffusion du Covid-19, des campagnes de dépistage vont se poursuivre à compter de lundi, tandis que de nouveaux centres de vaccination doivent ouvrir, ont annoncé les autorités sanitaires ce vendredi.

C'est dans le Dunkerquois que la situation est la plus alarmante. Le taux d'incidence y est à présent estimé à 713/100.000 habitants, a appris BFM Grand Littoral auprès du maire de Gravelines, Bertrand Ringot. Et le variant britannique est désormais majoritaire: il apparaît dans 72% des cas positifs. Face à la dégradation de la situation sanitaire, la campagne de dépistage lancée jeudi au Kursaal, à Dunkerque, est prolongée jusqu'à mardi 17 heures.

Selon le maire de Gravelines, des dépistages seront également réalisés dans les communes de Steenvoorde, Bailleul, Hazebrouck et Renescure au cours de la semaine.

De nouveaux centres de vaccination

La situation se dégrade également dans l’Artois et l’Audomarois, "avec des taux d’incidence qui dépassent les 350 cas/100.000 habitants et approchent même les 500 dans certains secteurs", a indiqué l'Agence régionale de Santé ce vendredi. C'est pourquoi une opération de tests sera lancée à Saint-Omer, à la salle Vauban, lundi.

En parallèle des opérations de dépistage, les autorités sanitaires ont fait le choix d'accélérer la vaccination dans les zones où la flambée épidémique est observée. Ainsi, des centres ouvriront mardi à Grande-Synthe et à Bergues, selon le maire de Gravelines. L'objectif est de pouvoir vacciner 2400 personnes supplémentaires.

Dans le Pas-de-Calais, l'ARS prévoit en outre d'allouer aux centres de vaccination 8000 nouvelles doses de vaccin Moderna. 2000 seront distribuées dans les prochains jours, est-il précisé, et 6000 au début du mois de mars.

Philippine Potentier avec Florian Bouhot