BFMTV

Moustique-tigre en région parisienne: "Il faut être très vigilant"

Le moustique tigre est l'une des 100 espèces les plus invasives du monde. Il est vecteur de maladies telles que le chikungunya ou la dengue.

Le moustique tigre est l'une des 100 espèces les plus invasives du monde. Il est vecteur de maladies telles que le chikungunya ou la dengue. - James Gathany - CDC - Domaine public

Aperçu à Paris et dans certaines rues de Créteil, l'arrivée du moustique-tigre en Île-de-France n'a rien de surprenante. S'il s'agit d'un phénomène ponctuel, la lutte contre ce nuisible est l'affaire de tous. Explications avec Marie Vazeille, entomologiste à l'Institut Pasteur.

Il est activement traqué dans chaque coin de rue. Tout juste repéré à Paris et dans ses alentours, le moustique-tigre est actuellement la cible d'experts en démoustication, qui procèdent depuis ce jeudi à Créteil à un porte-à-porte à la recherche du moindre spécimen ou de ses larves très résistantes. Un travail minutieux, qui devrait empêcher l'Aedes albopictus, ainsi qu'il est nommé scientifiquement, de s'implanter durablement en Île-de-France.

Existe-t-il vraiment un risque sanitaire? Que faut-il faire face à la présence de ce nuisible, susceptible de transmettre la dengue ou le chikungunya? Réponses avec Marie Vazeille, entomologiste et chercheuse à l'Institut Pasteur.

Comment appréhender l'arrivée de moustiques-tigres en Île-de-France?

Avant tout, ce n'est pas une surprise. Que le moustique-tigre remonte vers le nord n'est pas un phénomène inattendu, sachant qu'il est déjà présent dans plusieurs départements de France (20, en tout, ndlr). Il circule par le biais des transports de marchandises. Pour éviter son implantation, des équipes de l'Entente Interdépartementale de Démoustication (EID) réalisent des insecticides très ciblés, ainsi que beaucoup de surveillance.

A plusieurs reprises et de manière ponctuelle, l'Aedes albopictus a déjà été repéré à Paris ou en Seine-Saint-Denis, avant de disparaître. Avons-nous affaire à un phénomène similaire?

C'est de nouveau ponctuel. Seuls quelques spécimens ont été repérés, il n'y a pas de nuées de moustiques comme nous pouvons en trouver dans le Sud.

Le temps joue également un rôle important contre l'implantation de cet insecte. La saison chaude, propice aux moustiques, va bientôt se terminer et avec elle les températures qui leurs permettent de se développer et d'être actifs rapidement.

Existe-t-il, pour l'heure, un quelconque risque sanitaire dans cette zone?

Pour l'instant, non, car les moustiques sont en très petit nombre et il serait étonnant qu'ils puissent transmettre quoique ce soit en région parisienne. Ce qui n'empêche pas qu'il faut être très vigilants: s'il ne faut pas affoler les populations, il faut toutefois les avertir.

  • C'est le meilleur mode de prévention, car il faut agir mécaniquement: éviter d'avoir des petits récipients d'eau, comme une coupe sous un pot de fleur, qui constituent l'endroit idéal pour la reproduction des moustiques.

S'il réussissait à s'implanter en Île-de-France, le moustique-tigre pourrait-il proliférer malgré le climat bien différent à celui du Sud?

Il pourra proliférer pendant la belle saison, de la fin du printemps jusqu'au début de l'automne. Mais même quand le climat est défavorable, les oeufs sont très résistants. Il leur suffit d'attendre des conditions climatiques adéquates et une tombée d'eau pour que les larves éclosent, et que des populations de moustiques puissent émerger. D'où l'importance que les gens soient vigilants, car la lutte contre le moustique-tigre est l'affaire de tous.

https://twitter.com/jmaccaud Jérémy Maccaud Chef d'édition BFMTV