BFMTV
Santé

Mort d'Isabelle Dinoire: "Le greffon est une partie hostile" explique le Dr Ducardonnet

Isabelle Dinoire, première greffée du visage dans le monde, est décédée le 22 avril dernier, a annoncé le CHU d'Amiens mardi. Selon le docteur Alain Ducardonnet, consultant santé à BFMTV, son décès est "une conséquence" de complications liées au traitement anti-rejet qu'elle devait prendre à vie.

La mort d'Isabelle Dinoire survient dix ans après son opération au visage. Mais le traitement anti-rejet qu'elle prenait a diminué ses défenses immunitaires et provoqué deux cancers. Le docteur Alain Ducardonnet, consultant santé à BFMTV rappelle que le rejet d'un greffon est un mécanisme naturel.

"Le greffon est par définition une partie hostile qui n'est pas reconnue par l'organisme, il va donc y avoir des mécanismes de défense. Le traitement vise à atténuer la réponse immunitaire pour empêcher le rejet", explique-t-il sur BFMTV.

C'est par cette action que les médicaments que prenaient Isabelle Dinoire ont provoqué l'affaiblissement de son système immunitaire, ce qui peut entraîner "l'apparition de cellules cancéreuses", selon le docteur Ducardonnet.

"C'est un combat permanent"

A plusieurs reprises, elle avait subi un rejet de greffon, le dernier datant de l'hiver dernier, après neuf ans. Dans ce que notre consultant appelle "un combat permanent", cette phase de rejet a entraîné l'augmentation du traitement médicamenteux et a eu de lourdes conséquences.

"Le traitement médical anti-rejet a été augmenté et c'est cette escalade qui fait qu'à un moment donné, deux types de cancer se sont déclenchés: le cancer de la peau et le cancer du système lymphatique", assure le médecin.

Selon le CHU d'Amiens, Isabelle Dinoire est décédée à la suite d'"une longue maladie", "entourée" de sa famille et restera célèbre pour avoir été la première femme greffée au visage. C'était en 2005.

H. B. S.