Les femmes ont deux fois plus de chance que les hommes d'être "oubliées" par la médecine du travail.
 

Alors que les salariées sont davantage victimes de pathologies professionnelles, elles peinent à les faire constater. La faute aux critères qui ne prennent pas en compte leurs tâches et aux préjugés.

Votre opinion

Postez un commentaire