BFMTV

Les génériques du Viagra arrivent en pharmacie

Le marché a représenté 26 millions d'euros l'année dernière en France.

Le marché a représenté 26 millions d'euros l'année dernière en France. - -

Avec l’expiration du brevet du Viagra, ses génériques, moins chers, arrivent dans les pharmacies. Le médicament a déjà profité à plus d’un million d’hommes depuis son lancement en 1998. Mais si ces génériques présentent des avantages, ils risquent aussi de favoriser la contrebande sur Internet, s’inquiètent certains médecins.

La petite pilule bleue va avoir des concurrents. Dès samedi, une quinzaine de versions de génériques du Viagra, le médicament contre les troubles de l’érection, arriveront dans les rayons des pharmacies. En effet, le brevet de Pfizer tombe dans le domaine public ce vendredi, alors que le laboratoire avait jusqu'à présent le monopole de sa vente.

Pfizer prépare déjà son propre générique

Mylan, Biogaran, Zentiva etTeva, entre autres, sont donc dans les starting-blocks pour leur copie du médicament et se disputer les 26 millions de chiffre d'affaires générés l'an dernier par la vente de Viagra en France. L’effet sera aussi direct pour le porte-monnaie des patients : les prix de ces génériques devraient être jusqu'à trois fois inférieurs à la version d'origine. Aujourd'hui, une boîte de 4 comprimés de Viagra coûte 72 euros, alors qu’un de ses concurrents sera à 25,60 euros. Pfizer, de son côté, prépare déjà la contre-attaque et le laboratoire prévoit lui-aussi de commercialiser son propre générique.

« Aussi efficaces que le médicament d’origine »

« Les prix vont avoir tendance à baisser un peu, plusieurs "génériqueurs" vont en vendre rapidement », note Laurent Alexandre, urologue, spécialiste des troubles de l'érection et co-fondateur du site Doctissimo.fr, qui veut rassurer. « Les génériques sont absolument aussi efficaces que le médicament d’origine. Les gens qui vendent des génériques sont très contrôlés, très sérieux, donc quel que soit l’endroit où est positionnée l’usine où sont fabriqués les génériques, les consommateurs n’ont aucune crainte à avoir ».

« Il faut aller voir son médecin »

Toutefois, Laurent Alexandre craint aussi les effets pervers de l’arrivée des génériques. « Il faut que les consommateurs soient vigilants, car il risque d’y avoir une augmentation des circuits de contrebande, notamment sur Internet. On a vu des faux comprimés de Viagra sur Internet qui comportaient soit des produits inactifs, ce qui n’est pas très grave, soit des produits dangereux qui peuvent donner des allergies et avoir des effets secondaires graves », prévient le médecin. « Il y a eu des accidents, donc il faut que les gens vérifient bien l’origine du produit. Il faut aller voir son pharmacien, c’est le meilleur circuit possible ».

Mathias Chaillot avec Juliette Droz