BFMTV

Les Français passent deux fois plus de temps à boire et manger que les Américains

Un plat gastronomique de "L'Auberge des Glazicks", à Plomodiern le 25 janvier 2018. (Photo d'illustration)

Un plat gastronomique de "L'Auberge des Glazicks", à Plomodiern le 25 janvier 2018. (Photo d'illustration) - Fred Tanneau - AFP

Les Français passent 2h13 par jour en moyenne à boire et à manger, soit près de 40 minutes de plus que la moyenne des pays de l'OCDE et deux fois plus que les Américains.

L'amour des Français pour la table n'est pas qu'un cliché. Selon des données de l'OCDE publiées début mars, ils passent environ 2h13 par jour à boire et manger, contre 1h02 pour les Américains - hommes et femmes confondus. Ils se situent ainsi bien au-dessus de la moyenne de l'organisation économique, aux environs de 1h30.

La Grèce et l'Italie talonnent de près l'Hexagone, avec respectivement 2h11 et 2h07 passées à table. L'Espagne arrive au pied du podium, comptant quelque 2h06 consacrées par an à la bonne chère.

A l'inverse, l'Afrique du Sud et le Canada ne consacrent que 1h12 et 1h05 à boire et manger, devançant tout juste les Etats-Unis (1h02). Les Néerlandais sont eux 1h06 à table par jour en moyenne.

Les données de l'OCDE sur le temps passé à boire et à manger, le vert représentant la durée pour les femmes.
Les données de l'OCDE sur le temps passé à boire et à manger, le vert représentant la durée pour les femmes. © OCDE

Les femmes passent moins de temps à table

Le décompte est légèrement différent lorsqu'il s'agit des femmes. Si le classement reste assez similaire, elles passent généralement moins de temps à table que leurs compatriotes masculins, jusqu'à treize minutes en Grèce ou encore huit minutes en Chine. Aux Pays-Bas en revanche, elles comptent neuf minutes de plus à table.

Ce classement fait d'ailleurs partie d'une plus large étude, traitant notamment du temps consacré par les femmes et les hommes au travail non-payé, comme les travaux ménagers. Ce qui se répercute ensuite sur le temps qu'ils peuvent accorder aux loisirs et au bien-être.

L'OCDE précise toutefois que ces données et comparaisons entre pays sont à manipuler avec prudence, les tranches d'âge étudiées et les années de relevés pouvant différer.

Liv Audigane