BFMTV

Les cyclistes réguliers de 75 ans ont le profil immunitaire d'une personne de 20 ans

Cycliste. (illustration)

Cycliste. (illustration) - Jonathan Melhuish - Flickr - CC

Nul besoin de pédaler comme un forcené pour garder la santé, l'exercice quotidien modéré suffit. Ce n'est pas non plus un élixir de jouvence, mais cela permet de résister plus longtemps aux maladies.

Que pratiquer un sport de façon modérée, par exemple le vélo, améliore le bien-être tombe sous le sens. Mais si le système cardiovasculaire s'en trouve amélioré, on sait moins que l'immunité en profite aussi. Effet subsidiaire du vieillissement, le Thymus, une glande qui assure la maturation des globules blancs (lymphocytes T) s'affaiblit avec l'âge. Ainsi, les personnes âgées deviennent plus sensibles aux maladies. Or, établit une étude britannique publiée dans la revue Aging Cell repérée par Le Monde, faire du vélo à raison de deux heures et demie par jour, permettrait à une personne de 75 ans de recouvrer les capacités immunitaires d'un jeune de 20 ans.

Pour parvenir à ces conclusions, les chercheurs ont effectué des tests sur 125 cyclistes de 55 à 79 ans. Détail qui a son importance, tous les individus étaient non-fumeurs et avaient une consommation d'alcool modérée. Autre condition pour pourvoir candidater à cette enquête il fallait, pour le cycliste homme être capable de parcourir 100 km en six heures et demie, et pour les cyclistes femmes, abattre 60 km en 5 heures et demie. Ensuite, les chercheurs ont comparé ces analyses à celles effectuées sur des jeunes gens de 20 à 36 ans, mais non sportifs. 

Bon pour les muscles, mais pas seulement

Présentés dans deux articles scientifiques, les résultats ont montré que le cyclisme préservait la masse musculaire et le système cardiovasculaire de ses pratiquants. Mais, plus surprenant, les chercheurs ont constaté que les bienfaits de cette pratique sportive s'étendaient aussi au système immunitaire. Il ressort ainsi des conclusions de l'étude que le thymus des cyclistes produit ainsi autant de lymphocytes T que celui des jeunes de 20 ans. 

Le professeur Janet Lord, directrice de l'Institute of Inflammation and Aging de l'Université de Birmingham, constate auprès du Guardian: "Hippocrate en 400 avant J.-C. avait déclaré que l'exercice est la meilleure médecine de l'homme, mais son message a été perdu au fil du temps et nous sommes une société de plus en plus sédentaire."

"Cependant, d'une manière primordiale, nos résultats accréditent l'hypothèse que le vieillissement nous rend automatiquement plus fragiles. Notre recherche implique que nous avons maintenant des preuves solides que d'encourager les gens à s'engager à faire de l'exercice régulièrement, tout au long de leur vie, est une solution viable au problème qui est que nous vivons plus longtemps, mais pas en meilleure santé."

David Namias