BFMTV

Le piano, un instrument de rééducation pour une femme greffée des deux bras

Caroline a eu les deux bras sectionnés par un accident ferroviaire en août dernier. Depuis, elle suit une rééducation intense et a même pu rejouer quelques notes de piano.

Les gestes sont encore timides mais les notes sont claires. Caroline poursuit sa rééducation au piano, cinq mois après avoir été victime d'un grave accident ferroviaire. Cette femme de 37 ans a eu les deux bras sectionnés au-dessus des coudes après avoir trébuché tandis qu'elle tentait de monter à bord d'un train.

Une opération, inédite en France, lui permet alors d'avoir ses bras "réimplantés". Un processus "miraculeux" pour la patiente: "J'ai vu mes bras de l'autre côté du rail, posés tout sagement l'un à côté de l'autre. C'est miraculeux parce que mes bras étaient totalement dissociés du corps, je les ai vus, donc c'est quand même un sacré progrès."

En septembre dernier, elle confiait vouloir retrouver les plaisirs simples de la vie. "J'aimerais pouvoir m'occuper à nouveau de mon potager, reprendre le tricot. Si je pouvais refaire tout ça, de jouer du piano comme avant, ce serait magnifique", espérait-elle.

"C'est un challenge pour plus tard"

Et aujourd'hui, même si ses gestes sont encore mal assurés, elle peut enfin s'asseoir derrière les touches blanches et noires, même si la musique fait partie de la thérapie pour reprendre le contrôle de ses bras. "Ça me demande de la concentration, de l'effort au niveau du bras, et je me dis 'c'est un challenge pour plus tard', continuer la rééducation, faire travailler tous les doigts", explique-t-elle.

"Au début il n'y avait pas de mobilité, seulement des contractions musculaires au niveau du bras qui n'arrivaient pas à bouger l'articulation. Maintenant, Caroline arrive nettement à bouger le coude à droite, un petit peu moins à gauche mais ça contracte et chaque fois, on essaie de récupérer un petit peu plus", détaille Clémentine Hervé, ergothérapeute au centre médical Rocheplane à Grenoble. 

Grâce à deux heures de kiné chaque jour et des séances d'ergothérapie, Caroline retrouve peu à peu son autonomie, même s'il lui reste encore de longs mois de rééducation.

L.A., avec Jonathan Dupriez et Olivier Jouglard