BFMTV

Le mystère du bébé dormeur, assoupi des jours entiers sans explications

Le bébé peut dormir pendant une semaine entière. (Photo d'illustration)

Le bébé peut dormir pendant une semaine entière. (Photo d'illustration) - Nicolas Stefanni - Flickr

Ses parents cherchent des avis d'experts du monde entier pour déterminer ce dont souffre leur fille.

Anya, une petite fille russe d’un an et demi, souffre d’un mal bien mystérieux: elle dort tout le temps. Le bébé ne fait pas que somnoler par épisodes, ou manquer d'énergie. Non, elle dort pendant des jours entiers, sans se réveiller une seule fois, sans quémander à manger ou à boire, ni aller aux toilettes, rapporte le Siberian Times.

Lorsqu'elle s'éveille, pour quelques heures seulement, sa peau devient rouge, elle a de la fièvre et elle commence à trembler. Elle joue pendant quelques heures, se nourrit, puis se rendort, son rythme cardiaque ralentissant et sa température corporelle baissant de 37 à 35°C.

"Les médecins ont trouvé que le rythme cardiaque d’Anya et sa respiration ralentissent de façon spectaculaire quand elle dort", explique Alexandra, sa mère, au Siberian Times. "Mais personne ne peut nous dire pourquoi."

A environ six mois, alors qu'elle était en train de déjeuner, la petite fille s’est tout simplement endormie, sans qu'il ne soit possible de la réveiller. Ses parents l'ont transportée dès le lendemain à l’hôpital, où elle vit maintenant depuis un an.

Ses parents, qui vivent dans la ville de Pervouralsk au pied de l’Oural, ont décidé de rendre sa maladie publique dans l’espoir d'obtenir un quelconque indice de la part de médecins du monde entier sur ce qui affecte leur fille.

Anya ne souffre en effet ni d’encéphalite, ni de méningite, ni de problème cardiaque, ni apparemment de maladie génétique. Ce n'est pas non plus un coma, même si cela pourrait être un début d’épilepsie, pensent les médecins.

Une piste évoquée par le journal russe est le syndrome de Kleine-Levin, un trouble neurologique qui provoque des périodes excessivement longues de sommeil, un comportement altéré et une compréhension moindre de l’environnement du patient.

Chiara, une jeune Belge de 18 ans, avait ainsi dormi 77 jours d'affilée en 2013. Ce n'était pourtant pas sa période de sommeil la plus longue: lors d'une précédente crise, elle avait dormi 118 jours. 

Liv Audigane