BFMTV

Le confinement obsolète? Un membre du Conseil scientifique appelle à une nouvelle "phase"

Un homme âgé porte un masque de protection contre le coronavirus dans une rue de Tokyo, le 4 janvier 2021

Un homme âgé porte un masque de protection contre le coronavirus dans une rue de Tokyo, le 4 janvier 2021 - Behrouz MEHRI © 2019 AFP

Franck Chauvin, membre du Conseil scientifique, estime que le dernier reconfinement a eu l'effet inverse que celui escompté, et a "accru la sensibilité à cette pathologie des plus âgés."

Dans un billet publié le 18 février dans la revue scientifique The Lancet, cinq membres du Conseil scientifique, dont le président Jean-François Delfraissy, ont appelé à opter pour un "contrat social" entre générations et à éviter un nouveau confinement total en France.

Dans ce nouveau dispositif, "les plus jeunes générations accepteraient la contrainte de mesures de prévention (comme les masques, la distance physique), à la condition que les groupes les plus âgés et les plus vulnérables adoptent non seulement ces mesures-là mais aussi d'autres, plus spécifiques (comme l'auto-isolement selon un critère de fragilité), afin de réduire leur risque d'infection", jugent-ils.

"Confinement", un terme édulcoré?

Ce mardi auprès de Politico, Franck Chauvin, président du HCSP (Haut Conseil de la santé publique), membre du Conseil scientifique et l'un des signataires de ce billet, est revenu sur les positions défendues dans ce texte. En ce qui concerne le terme "confinement", ce spécialiste de la prévention en cancérologie affirme qu'il ne "supporte pas" le terme.

“Parce que je suis médecin, j’ai prêté un serment qui est celui d’Hippocrate et qui me dit ‘tu respecteras la liberté de tes patients’ et je ne comprends pas comment des médecins disent ‘on va enfermer les autres’, d’autant que ‘confinement’ est un mot édulcoré, qui, dès lors qu’il est strict comme le réclament certains, cache une tout autre réalité”, attaque-t-il.

"Il y a d'autres façons de faire"

Pour lui, alors qu'un confinement local a été décrété dans les Alpes-Maritimes, il est temps pour le gouvernement de "redéfinir les objectifs" et d'entrer dans une nouvelle "phase" dans sa lutte contre le coronavirus.

"Il faut réfléchir à des moyens qui évitent aux personnes âgées et fragiles d’être contaminées. Cela ne veut pas dire qu’on les isole! Il n’y a pas que l’isolement, il y a d’autres façons de faire. On s’arrange pour faire passer le message de prudence extrême et faire en sorte qu’il soit appliqué par notamment les populations les plus démunies et les plus âgées", explique-t-il.

D'autant plus que selon lui, la protection des populations les plus à risques n'a pas été prise convenablement l'année passée.

"Ce qui s’est passé durant la deuxième vague et le deuxième confinement, c’est que ça a accru la sensibilité à cette pathologie des plus âgés. Les plus de 70 ans — et ça commence même à 50 ans pour ceux qui ont des comorbidités — ont payé un tribut encore plus lourd par rapport aux plus jeunes que lors de la première vague, donc en fait c’est le contraire de ce qu’on voulait", tance-t-il encore.

L'exécutif doute

Alors, dans sa volonté de nouvelle approche, Franck Chauvin préconise le point de vue selon lequel il faut "s’occuper des hommes, des femmes". "A ce moment-là vous regardez qui est fragile et qui il faut protéger, et indéniablement ceux qu’il faut protéger sont les plus âgés. Et d’ailleurs ceux pour qui il a été décidé de faire une vaccination de façon prioritaire, c’est justement ceux-là." 

Sur cette idée d'auto-confinement pour les plus âgés, qui avait également été défendue par Jean-François Delfraissy sur le plateau de BFMTV, l'exécutif semble pour le moment opposé. "La faisabilité d'une telle mesure, et ça a déjà été débattu plusieurs fois depuis un an, elle est très, très, très discutable", avait estimé le ministre de la Santé Olivier Véran, lors d'un point presse tenu jeudi dernier.

"J’entends ce que dit Olivier Véran, et je respecte car c’est lui qui prend les décisions face à une situation extrêmement complexe à gérer. Mais je ne comprends pas mes collègues médecins, les gériatres, par exemple, qui affirment que les seniors s’isolent déjà. Si c’était le cas, ils ne se contamineraient pas", conclut Franck Chauvin.
https://twitter.com/Hugo_Septier Hugo Septier Journaliste BFMTV