BFMTV

La Grippe A, plus virulente que prévu

Visiblement surprises, les autorités françaises craignent une propagation importante du virus d'ici l'automne.

Visiblement surprises, les autorités françaises craignent une propagation importante du virus d'ici l'automne. - -

Après avoir appelé au calme, les autorités françaises, visiblement surprises, craignent une propagation importante de la grippe A d'ici l'automne. Faut-il s'inquiéter ?

Depuis le début de l'épidémie il y a 2 mois, la grippe A (H1N1) a touché 276 personnes en France. C'est ce qu'a annoncé ce lundi 29 juin la ministre de la Santé Roselyne Bachelot.

Le virus fera-t-il une pause cet été ?

Depuis quelques semaines, les cas de grippe A se multiplient dans les établissements scolaires de l'Hexagone et 8 d'entre eux (plus une garderie) ont été ou sont encore fermés. A une semaine de la fin des cours, les épidémiologistes prévoient déjà un retour fracassant du virus à l'automne. « L'été est normalement moins favorable à la contamination par le virus mais, contrairement à ce que nous espérions, nous n'enregistrons pas, pour le moment, de répit estival », note Roselyne Bachelot.
Les spécialistes évoquent en effet une pause possible pour juillet-août, rappelant que la grippe espagnole en 1918-1919 [ndlr, la pandémie la plus mortelle de l'histoire dans un laps de temps aussi court] avait circulé jusqu'en juin, avant de s'arrêter, puis de reprendre en septembre.

En 1918-1919, 50% de la population contaminée par la grippe espagnole

Depuis avril, 67 600 personnes ont été contaminées dans le monde entier par le virus de la grippe A et 311 décès ont été enregistrés, principalement sur les 2 continents américains. Soit un taux de décès de 0,46%. Loin, très loin, pour le moment des 6% de mortalité qu'a atteint la grippe espagnole au début du siècle sur une population énormément plus large. On estime en effet qu'à l'époque, sur le milliard d'habitants contaminé [ndlr, ce qui représentait alors 50 % de la population mondiale], 60 millions de personnes en périrent.

« Une épidémie grave à l'automne »

Pause ou pas, la grippe progresse en France. Et comme l'explique Alain Fisch, président de l'Institut des études épidémiologiques et prophylactiques, « pour l'instant, le virus est en train de proliférer dans l'hémisphère sud. Il va donc rejoindre en automne l'hémisphère nord, où nous aurons ensuite une épidémie grave. Plusieurs dizaines de millions de cas, comme chaque année pour la grippe saisonnière. En fait, ça va devenir une grippe saisonnière, habituelle sur le plan épidémiologique et sans doute très grave sur le plan clinique, parce que c'est un virus que l'humain ne connaît pas. La dernière fois qu'il a connu un virus H1N1, c'était pour la grippe espagnole, qui a fait plus de 50 millions de morts. »

« Le minimum vital : porter un masque... »

En cas de doute, Alain Fisch rappelle cependant les précautions à prendre : « le minimum vital est de porter un masque, pour prévenir, au cas où dans une salle de 50 personnes où un a le virus - hautement transmissible - que celui qui n'aura pas de masque, l'attrapera. Deuxièmement, la protection manu portée, quand vous touchez quelque chose qui a été touché par quelqu'un qui était porteur du virus, là il est indispensable de se laver les mains immédiatement. Et d'une manière générale, le plus souvent possible. Si on n'a pas d'eau ou de savon, on peut utiliser les solutés hydro-alcooliques déjà en vente partout. » [Pour plus de détails, cliquez ici].

La rédaction, avec Nicolas Pinault