BFMTV

L'alcool reste une des premières causes d'hospitalisation en France

Les complications liées à l'alcool entraînent de très nombreuses hospitalisations chaque année en France selon une étude, qui préconise des actions de prévention.

Soigne-t-on suffisamment bien les abus d'alcool en France? Selon une étude publiée mardi, la prise en charge médicale est insuffisante, alors que l'alcool, responsable de 49.000 morts par an en France, reste l'une des toutes premières causes d'hospitalisation, avec un coût estimé à 2,64 milliards d'euros en 2012. Cette année-là, l'alcool a induit plus de 580.000 hospitalisations dites de courts séjours (+11,3% par rapport à 2006), ce qui représente un coût de 1,22 milliard d'euros. Et en psychiatrie, plus de 2,7 millions de journées lui sont dues, représentant 10,4% du total des journées.

L'essentiel des coûts hospitaliers sont dus aux complications de l'alcool: il y a 5 fois plus de patients hospitalisés pour des complications que pour la seule dépendance à l'alcool, souligne le professeur François Paille, du service d'addictologie du CHU de Nancy. Cela confirme "l'insuffisante prise en charge des comportements d'alcoolisation excessive et du sevrage, d'abord aux urgences puis ensuite au cours d'hospitalisation pour ivresse", explique le Dr Michel Reynaud, président du Fonds Actions Addictions.

Le Nord et la Réunion, départements les plus touchés

"Les patients hospitalisés pour une complication de leur alcoolisme ont en moyenne 57 ans, ceux pour sevrage 48 ans et ceux hospitalisés pour 'intoxication aiguë' 43 ans", note le Dr Reynaud. "Quand on arrive aux complications à 57 ans en moyenne, comme la cirrhose, les troubles neurologiques et cardiovasculaires, les cancers, c'est qu'on a loupé toutes les phases préliminaires, de l'ivresse aiguë en passant par l'alcoolisation excessive chronique puis la dépendance", commente le spécialiste.

Pourtant, les chiffres des hospitalisations et de leurs coûts sont "sous-estimés", insistent les deux signataires de l'étude. "Les cancers sont la 1ère cause de mortalité due à l'alcool (15.000 décès par an)", rappellent-ils. Or nombre d'hospitalisations pour cancers liés à l'alcool n'apparaissent pas dans les statistiques, faute d'être correctement signalées lors du séjour, notent-ils.

L'augmentation des hospitalisations pour alcoolisation aiguë a concerné plutôt des adultes d'âge mûr (43 ans de moyenne d'âge) entre 2006 et 2012 alors qu'elles sont restées stables chez les plus jeunes (moins de 24 ans) malgré l'augmentation du phénomène de binge drinking chez ces derniers, selon l'étude. Les auteurs préconisent des actions ciblés sur les régions les plus touchées, notamment dans le Nord et à la Réunion, où les taux d'alcoolisations aiguës et de dépendance à l'alcool sont les plus élevés.

A. G. avec AFP