BFMTV

L'alcool peut avoir un impact positif sur la mémoire, selon une étude

Image d'illustration

Image d'illustration - ALAIN JOCARD / AFP

Boire pour oublier? Pas si sûr... Une récente étude scientifique, publiée dans la revue Nature, conclut que boire de l'alcool avec modération favoriserait la mémorisation.

Boire de l'alcool pourrait avoir des effets positifs sur la mémoire, conclut une étude réalisée conjointement par des chercheurs anglais et espagnols à l'Université d'Exeter, en Angleterre. 

Pour démontrer cela, les scientifiques ont soumis à des tests 88 personnes, 31 hommes et 57 femmes de 18 à 53 ans, considérées comme des "social drinkers", c'est-à-dire ayant l'habitude de boire en société avec des amis. Comme l'indique la revue Nature, dans laquelle a été publiée l'étude, l'une des expériences consistait à faire retenir aux participants des mots inspirés du réel auxquels avaient été rajoutées des lettres supplémentaires, par exemple "frenzylk" pour "frenzy", frénésie en français. Le groupe a ensuite été divisé en deux. Les uns se sont vus demander de ne pas boire une goutte d'alcool jusqu'au lendemain, quand les autres pouvaient au contraire en consommer.

Le jour suivant, les participants ont dû réaliser les mêmes tests de mémorisation. Les scientifiques se sont alors aperçus que les personnes qui avaient bu de l'alcool enregistraient de meilleurs scores que la veille, ce qui n'était pas le cas pour les participants du second groupe.

Des effets néfastes à ne pas oublier 

"Notre recherche a non seulement démontré que ceux qui avaient bu de l'alcool faisaient mieux lorsqu'ils ont dû se remémorer les nouveaux mots appris, mais que cet effet était encore plus important pour ceux qui avaient bu le plus", explique la professeur Celia Morgan, du Centre de recherche sur l'addiction de l'université d'Exeter, au Royaume-Uni, citée dans la presse britannique.

"L'explication principale est que l'alcool bloque l'apprentissage de nouvelles informations et, par conséquent, le cerveau a plus de ressources disponibles pour établir d'autres informations récemment apprises dans la mémoire à long terme", poursuit-elle. Selon elle, l'hippocampe, soit la zone du cerveau essentiel pour la mémorisation, remplace la mémoire à court terme en mémoire à long terme. 

Comme le rapporte The Independent, les chercheurs soulignent néanmoins que ce petit effet positif ne doit pas occulter les conséquences néfastes sur la santé de l'alcool, y compris - à long terme - sur la mémoire et la santé mentale et physique. 

M.P