BFMTV

Guéri après son hospitalisation pour coronavirus, ce père rencontre son bébé pour la première fois

Atteint du Covid-19, John est admis en réanimation fin mars, après l'aggravation de ses symptômes, alors que sa fille vient de naître. Il ne la rencontrera pour la première fois que plus d'une semaine plus tard, à sa sortie de l'hôpital.

"Nous avons gagné. Nous avons ramené un papa à la maison". Dans un post Facebook publié mardi, la médecin Sabrina Ali Benali raconte l'histoire de John, un malade du Covid-19 dont l'état s'est brutalement dégradé fin mars, et qui a été hospitalisé alors que sa femme venait d'accoucher de leur petite fille. Finalement guéri, il a pu rencontrer son nouveau-né le week-end dernier, soit 10 jours après sa naissance.

"Surinfection pulmonaire avec détresse respiratoire aiguë"

Appelée en visite d'urgence à domicile pour dyspnée (difficultés à respirer) Sabrina Ali Benali se rend chez John le 27 mars. "Il est malade depuis 7 jours mais son état s’est aggravé ces dernières 48h", explique-t-elle sur le réseau social.

John raconte à BFMTV avoir "commencé à respirer un peu mal, j'ai commencé à sentir que réellement mes poumons ne se sentaient pas bien".

A l'examen, la médecin note une température à 39,5°C, "une saturation à 85% en air ambiant, il est en sueurs, tire pour respirer, est épuisé et ses poumons crépitent de partout". Le verdict tombe: "il s’agit d’une surinfection pulmonaire sur covid avec détresse respiratoire aiguë", et John est transféré en urgence via le SAMU.

"Peur de mourir, peur de ne jamais voir son nouvel enfant"

"Sa femme a accouché il y a 2 jours dans une maternité parisienne d’une petite fille. John est resté à la maison avec leur premier garçon de 4 ans", explique la médecin.

Avant de partir à l'hôpital, il faut donc prévenir la maman à la maternité qui est inquiète, expliquer "à l’enfant que son papa va partir à l’hôpital" et prévenir le parrain pour qu'il vienne d'urgence garder l'enfant. John "est inquiet, verse quelques larmes mais se retient par pudeur, il a peur", écrit Sabrina Ali Benali, "peur de cette maladie, peur de mourir, peur de ne jamais voir son nouvel enfant et je suis proche des larmes en attendant le SAMU".

"Cette visite est probablement l’une des plus dures que j’ai eu", écrit-elle. "Je n’ai pas réussi à voir d’autres patients ce soir là, j’avais envie de vomir".

"Chacun à son poste a permis de sauver la vie de John"

Après le transfert à l'hôpital, l'état de John continue de se dégrader. Dès le lendemain "il est transféré en réanimation dans un grand hôpital parisien car il se dégrade", explique Sabrina Ali Benali. Une semaine passe et le vendredi 3 avril, la médecin contacte le service dans lequel il est surveillé: "ma consœur me dit qu’il a été extubé et que ses poumons récupèrent. Ils me disent qu’il va bientôt pouvoir sortir".

A peine guéri du coronavirus et encore sous oxygène, John, désormais rentré chez lui, découvre alors pour la première fois sa fille le week-end dernier, soit 10 jours après la naissance. "Ca m'aidait à garder le moral à l'hôpital", confie-t-il à BFMTV. Sur la photo de cette première rencontre, publiée par la médecin, il porte encore un masque de protection.

"C’est pour tous les maillons de la chaîne du soin que je fais ce post", écrit Sabrina Ali Benali sur Facebook. "Parce que cette photo c’est la réussite de tous, chacun à son poste a permis de sauver la vie de John. Continuons, battons nous, ramenons d’autres papas, mamans, frères, sœurs, amis à la maison. Serrons nous les coudes", écrit-elle également.
Salomé Vincendon