BFMTV

Epidémie de grippe: démarrage en trombe dans neuf régions

Avec un retard de trois semaines sur le calendrier habituel, la grippe fait une entrée fracassante dans neuf régions de France. Le virus ne semble cette année pas trop "atypique". La vaccination reste recommandée.

Ce sont les maux de l'hiver. Après la gastro-entérite, place à l'épidémie de grippe. La maladie, en retard de trois semaines, fait un départ canon dans neuf régions. Conséquence: les malades consultent à tour de bras en Provence, Normandie et Ile-de-France, qui sont les plus touchées. Dans les zones de propagation, la moitié des visites des généralistes peuvent être liées à la grippe. Les symptômes regroupent la fièvre, des maux de tête et des courbatures.

Une vaccination encore recommandée

L'institut de veille sanitaire (InVS) rappelait il y a une semaine que la vaccination était et est encore conseillée pour les personnes à risque, comme les plus de 65 ans et les malades chroniques. "Il est important pour les personnes à risque de se faire vacciner: l'épidémie n'a pas débuté et il est donc encore temps", souligne l'InVS.

Le vaccin devrait cette année être d'autant plus efficace que, selon le docteur Samuel Thomas, généraliste et urgentiste, "on n'a pas l'impression d'être en face d'un virus particulièrement atypique cette année". L'année dernière, l'une des deux souches du virus avait muté. Cette évolution avait rendu inefficace une partie des défenses mises en place chez les personnes vaccinées.

Une étiologie par directement liée au froid

Si la concomitance d'une récente vague de froid et d'une recrudescence des cas laisse penser que la baisse des températures est la cause du déclenchement de l'épidémie, la réalité est un peu plus compliquée, explique en substance Laurent Toubiana, directeur de l'Irsan (Institut de Recherche pour la valorisation des données de Santé) et chercheur à l'Inserm (Institut national de la santé et de la recherche médicale). "Ce n'est pas froid égale épidémie de grippe. Il fait froid et l'on ferme les fenêtres, on est davantage en contact les uns avec les autres et on est probablement plus fatigué aussi. L'ensemble de ces facteurs fait qu'au bout d'un moment, le contact augmentant, l'épidémie se déclare".

Le pic devrait être atteint d'ici à deux semaines. L'épidémie aura alors atteint sa propagation maximum avant de décroître.

D. N. avec Margaux de Frouville, Timothée, Le Blanc