BFMTV
Santé
en direct

Covid-19: Jean Castex tiendra une conférence de presse jeudi à 18 heures

Emmanuel Macron a fixé pour la mi-mai la réouverture des premières terrasses de bars et de restaurants et de lieux culturels, promettant un protocole sanitaire strict, mais sans fixer de condition sanitaire, ni de chiffre maximal de contaminations.

Covid-19: le labo franco-autrichien Valneva lance une étude clinique de Phase III pour son candidat vaccin

Le laboratoire franco-autrichien Valneva a annoncé mercredi le lancement d'une étude clinique de Phase III, dernière étape avant une demande de mise sur le marché, de son candidat vaccin contre le Covid 19.

Cette étude, appelée "Cov-Compare", visera à comparer la réponse immunitaire du candidat vaccin de Valneva (VLA2001) avec le vaccin Vaxzevria d'AstraZeneca qui est déjà autorisé, a indiqué la biotech dans un communiqué.

Jean-Michel Blanquer se fera vacciner "à l'AstraZeneca dès le week-end prochain"

Le ministre de l'Éducation Jean-Michel Blanquer a fait savoir, ce mercredi, qu'il se ferait vacciner à l'AstraZeneca "dès le week-end prochain". Une manière, pour ce membre du gouvernement, de donner confiance aux Français envers le sérum britannico-suédois.

Jean Castex tiendra une conférence de presse jeudi à 18 heures

Le Premier ministre donnera une conférence de presse sur le Covid-19 jeudi à 18 heures.

Il devrait être accompagné pour cette conférence de presse des ministres des Solidarités et de la Santé et de l'Éducation nationale Olivier Véran et Jean-Michel Blanquer.

316 morts du Covid-19 en 24 heures

5984 personnes atteintes du Covid-19 sont actuellement hospitalisées en réanimation, ce qui représente une hausse de 14 patients par rapport à mardi.

Au total, 31.086 personnes sont hospitalisées en raison du virus.

Au cours des dernières 24 heures, 316 personnes sont mortes des suites du Covid-19, indique Santé Publique France.

Également, 34.968 nouveaux cas ont été diagnostiqués positives au virus, ce qui représente une moyenne de 32.277 cas par jour sur les sept derniers jours.

L'incidence hebdomadaire est de 337,5 cas pour 100.000 habitants.

Castex recevra bien sa deuxième dose de vaccin AstraZeneca

Le Premier ministre Jean Castex, qui a reçu une première dose du sérum, recevra bien sa deuxième dose. La communication autour de cette deuxième injection n'est pas encore définie.

L'exécutif veut passer à "l'offensive" avec le vaccin AstraZeneca

"Il faut qu'on reparte à l'offensive!" Le gouvernement veut mettre l'accent sur la vaccination avec le sérum d'AstraZeneca, ont indiqué des sources au sein de l'exécutif ce mercredi à BFMTV-RMC.

"En avril, mai, juin, la France va recevoir 9,8 millions de doses d’AZ, ça nous emmerderait de devoir les jeter!", a-t-on ajouté de même source, précisant que "ces memes Français qui les bouderaient seront les premiers à (nous) rapprocher de ne pas avoir atteint les objectifs de vaccination à la fin juin."

Ce médicament, en proie à une crise de confiance, est délaissé par certains publics éligibles à la vaccination contre le Covid-19, notamment car son administration a suscité de rares cas de thrombose.

Brièvement suspendu, il a été remis en circulation après avis favorable des autorités sanitaires.

L'exécutif veut faire passer le message qu'il est une arme de choix pour lutter contre l'épidémie, et envisagerait de mettre en avant des personnalités pour le promouvoir, à l'instar de Sheila, avait dévoilé ce mercredi Le Canard Enchaîné.

Jean Castex présent à la conférence de presse jeudi

Le Premier ministre Jean Castex sera présent à la conférence de presse prévue jeudi sur la situation sanitaire liée au Covid-19, aux côtés des ministres de la Santé Olivier Véran et de l'Éducation Jean-Michel Blanquer.

L'Inde ajoutée à la liste des pays soumis à des restrictions d'entrée sur le territoire

Gabriel Attal annonce lors de son point presse que l'Inde est ajoutée à la liste des pays soumis à des restrictions d'entrée sur le territoire français, comme le Brésil, l'Argentine ou l'Afrique du Sud, afin de lutter contre la diffusion du variant indien du Covid-19.

Les voyageurs en provenance d'Inde devront notamment se soumettre à un isolement obligatoire de 10 jours.

"Nous pourrions être au pic de l'épidémie ou proches de l'être"

"Nous pourrions être au pic (épidémique) ou proches de l'être", déclare le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal lors de son point presse suivant le Conseil des ministres et le Conseil de défense sanitaire.

"Les premiers effets des restrictions sont visibles", a-t-il précisé, tout en ajoutant que "la pression hospitalière reste "extrêmement forte" et "nous sommes encore très loin d'un retour à une activité médicale normale" dans les hôpitaux.

L'exécutif hésite entre le 13 et 17 mai pour la réouverture de certains lieux, dont les terrasses

C'est la piste privilégiée à l'heure actuelle: le gouvernement planche sur une réouverture de certains lieux, dont les terrasses, le lundi 17 mai. La date n'est pas tout à fait tranchée car certaines réouvertures pourraient avoir lieu dès le jeudi 13 mai, donc avant le week-end de l'Ascension.

De nombreux lieux de culture pourraient être concernés, outre les musées: le Canard enchaîné évoque même les cinémas et les théâtres, avec une jauge de 35% de leur public habituel. "C’est le président qui souhaite plutôt ouvrir tous les lieux de culture et ne pas faire du catégoriel", indique une source au sein de l'exécutif à BFMV.

Les détails des pistes privilégiées par l'exécutif sont à retrouver dans notre article.

Les restrictions de circulation ne seront pas prolongées au-delà du 3 mai

La fin du confinement approche. Les restrictions de circulation ne seront pas prolongées au-delà du 3 mai, indiquent des sources au sein de l'exécutif à BFMTV.

Ce scénario est conforme aux annonces d'Emmanuel Macron. Le chef de l'Etat avait annoncé le 31 mars, pour quatre semaines à partir du samedi 3 avril - donc jusqu'au 2 mai - la limitation des déplacements à 10 km du domicile sauf motif impérieux.

Déconfinement: Denormandie juge l'approche territorialisée "pleine de bon sens"

Un pas de plus vers un déconfinement localisé, piste d'abord évoquée par Olivier Véran dans une interview au Télégramme. "Cette approche territorialisée est pleine de bon sens", a jugé le ministre Julien Denormandie sur BFMTV-RMC.

"On voit bien que sur nos territoires, l'épidémie n'a pas la même vitesse, n'a pas la même dynamique", a-t-il estimé. "Ces approches pragmatiques, qu'on essaye d'avoir depuis le début de la gestion de crise me paraissent être de bon sens."

Vaccin anti-Covid: faute d'accord avec l'UE, le laboratoire franco-autrichien Valneva se tourne vers des discussions pays par pays

Faute d'accord avec l'Union européenne, le laboratoire franco-autrichien Valneva annonce se tourner vers des discussions pays par pays pour fournir son candidat-vaccin contre le Covid-19.

Estimant que les discussions avec l'UE n'ont pas fait de "progrès significatif" à ce jour, Valneva - qui a annoncé début avril des résultats initiaux positifs pour la première phase de son étude clinique sur son vaccin potentiel -, indique qu'en conséquence, elle ne donnera plus "la priorité aux discussions de fourniture centralisée actuellement en cours avec la Commission européenne".

Plus de 2000 morts recensés en 24 heures en Inde

La flambée de l'épidémie se poursuit en Inde, confrontée à un nouveau variant. Le pays a enregistré ce mercredi plus de 2000 décès dus au Covid-19 et près de 300.000 nouveaux cas en 24 heures, ce qui représente l'un des bilans quotidiens les plus élevés au monde depuis le début de la pandémie, selon des données officielles.

Les chiffres du ministère de la Santé indiquent que 295.000 nouveaux cas ont été recensés ces dernières 24 heures, portant le total à 15,6 millions de contaminations en Inde. Un total de 2023 décès ont été enregistrés, portant le bilan total de la pandémie à 182.553 morts dans le pays.

Déconfiner rapidement? Des épidémiologistes mettent en garde: "Ce serait trop prématuré aujourd'hui"

Avec toujours plus de 32.000 contaminations par jour, la France est encore loin d'être débarrassée de l'épidémie de Covid-19. Dans ces conditions, un déconfinement à la mi-mai est-il vraiment envisageable? "A priori, toutes les raisons laissent à penser que cette dynamique de baisse ne nous permettra pas d’atteindre mi-mai les 10 000 cas par jour, comme c’était à la sortie de la seconde vague", réagit dans Libération l'épidémiologiste Renaud Piarroux.

"J’ai l’impression que le gouvernement a radicalement modifié sa doctrine", poursuit-il. Il ne prend plus le temps d’atteindre un faible niveau de contamination. C’est très dangereux. En relâchant les mesures trop tôt, le risque c’est que la descente ralentisse ou même s’interrompe et que tous ces efforts aient été faits inutilement."

"Ce serait trop prématuré d'ouvrir le pays aujourd'hui", abonde l'épidémiologiste Antoine Flahault auprès de RTL. "La France est sur la bonne pente et doit tout faire pour conserver ce cap", a averti le spécialiste, pour qui il faudrait prolonger de trois semaines le régime actuel de semi-confinement. "S’agissant du coût humain, ce n’est juste pas tenable de parier sur un nouveau plateau haut", ajoute l'épidémiologiste Pascal Crépey, interrogé par Libération.

Une majorité de Français favorable à un protocole strict pour la rentrée lundi

Comment s'organisera le retour des élèves du primaire la semaine prochaine à l'école? Dans l'attente d'un protocole sanitaire pour la reprise lundi, le syndicat SNES-FSU a commandé un sondage à l'institut OpinionWay. Concernant les mesures sanitaires pour la rentrée, 83% des personnes interrogées souhaitent "un protocole strict pour la définition des cas contact" et la fermeture de classe pour casser les transmissions dès la première contamination - et non pas au bout de trois cas, selon le protocole actuellement en vigueur.

En outre, les sondés sont à une large majorité favorable à d'autres mesures pour éviter des contaminations à l'école: la fourniture gratuite de masques aux élèves (79%), l'installation de détecteurs de CO2 et de systèmes d'aération dans les salles de classes (75%) ou encore l'organisation d'opérations de tests massives et régulières (73%).

Pour 79% des Français, les enseignants doivent être vaccinés en priorité

Pour 79% des Français, les professeurs et les personnels de l'enseignement doivent pouvoir être vaccinés en priorité, selon un sondage OpinionWay pour le syndicat SNES-FSU publié mercredi.

À la question "pensez-vous que les enseignants et personnel de l'enseignement doivent être vaccinés en premier ?", 79% des personnes interrogées ont répondu positivement.

Des "créneaux dédiés" de vaccination sont ouverts depuis le week-end dernier pour les enseignants de plus de 55 ans. Mais selon le calendrier actuel, ceux âgés de moins de 55 ans devront attendre la mi-juin pour se faire vacciner. Pour 75% des personnes interrogées, ce calendrier est "trop tardif".

La piste d'un déconfinement territorialisé envisagé

"À ce jour", le calendrier n'a pas changé: les élèves du primaire doivent retourner en classe le 26 avril, les collégiens et lycéens le 3 mai, avant une réouverture plus large, notamment des terrasses des cafés et des restaurants et des lieux culturels, à partir de la mi-mai. Mais ce déconfinement se fera-t-il de manière uniforme sur le territoire?

Dans une interview au Télégramme ce mardi, Olivier Véran a évoqué la piste d'adaptations localisées. "Nous pourrons envisager ensuite un certain nombre d'allégements des mesures à partir de la mi-mai", a expliqué le ministre de la Santé, se disant "ouvert à l'idée d'une approche territoire par territoire dans la levée des mesures de freinage".

Il est vrai que la situation sanitaire est hétérogène en France: même si les contaminations restent à un niveau élevé, l'Ouest du pays est plus épargné, avec moins d'hospitalisations et de morts recensés. Vous pouvez consulter la situation département par département avec nos infographies.

Nouveau Conseil de défense sanitaire

Les discussions se poursuivent au sein de l'exécutif ce mercredi matin, avec un nouveau Conseil de défense sanitaire à l'Élysée. À une semaine de la réouverture des écoles maternelles et primaires, les ministres se montrent encore prudents sur les modalités de la sortie de ce troisième confinement. Ils affirment "espérer" une réouverture à l'horizon promis, soit à la mi-mai pour les terrasses des cafés et des restaurants.

La tension sur le système de santé ne faiblit pas

Bonjour à tous et bienvenue dans ce nouveau direct consacré à l'évolution de l'épidémie de Covid-19. Une pente descendante semble s'amorcer en France, mais elle apparaît bien trop fragile encore pour relâcher rapidement les mesures de restrictions: on recense en moyenne toujours plus de 32.000 contaminations par jour, selon les dernières données officielles.

Le taux de reproduction (R0) du virus, indicateur-clé correspondant au nombre de personnes infectées pour un seul malade, est "passé sous les 0,9", a relevé l'épidémiologiste Antoine Flahault sur RTL, prédisant que la baisse s'accentuera dans les jours qui viennent.

C'est le cas surtout en Ile-de-France, Bourgogne-Franche-Comté, Auvergne-Rhône-Alpes, Occitanie et Nouvelle-Aquitaine, a détaillé le Pr Flahault. Seule la Creuse est selon lui source d'inquiétude, avec des "clusters de nouveaux variants".

Mais en parallèle, la tension sur le système de santé ne faiblit pas: la France comptait 31.086 patients hospitalisés, dont presque 6000 en soins intensifs - chiffre très surveillé par les autorités sanitaires qui veulent éviter un engorgement des hôpitaux. Le niveau est inférieur au pic de la première vague en avril 2020 (7000), mais supérieur à celui de la deuxième.

BFMTV