BFMTV

Diane 35, la fausse pilule encore plus dangereuse que celles de 3e génération

Une boîte du médicament Diane 35.

Une boîte du médicament Diane 35. - -

Destiné à la lutte contre l'acné, ce médicament est encore largement prescrit comme contraceptif. Problème, ce médicament ferait courir de grands risques à ses utilisatrices.

Conséquence de la polémique sur la dangerosité des pilules de troisième et quatrième générations, le médicament anti-acnéique Diane 35, prescrit aux femmes comme contraceptif depuis 30 ans, revient sur le devant de la scène. Ce comprimé serait encore plus dangereux que les pilules qui font actuellement débat et ses utilisatrices peu averties des risques encourus.

Une pilule qui n'en est pas une

Comme le rappelait le JDD dimanche, l'autorisation de mise du le marché français, qui date de 1987, précise qu'il s'agit d'un traitement contre l'acné. Largement prescrit aux adolescentes gênées par leurs problèmes de peau, Diane 35 n'est donc pas à proprement parler une pilule contraceptive, même si elle en fait office. Les prescripteurs y voient donc un moyen de faire coup double.

Pourtant, ce médicament expose à des risques non négligeables d'accidents veineux. Le risque de thrombose veineuse serait même deux fois supérieur à celui que font encourir les pilules de deuxième génération.

Pour les spécialistes de la contraception, Diane 35 doit être recommandée en deuxième intention ou pour des cas d’acnés prononcés. Un cadre qui, de fait, est aujourd'hui largement dépassé.